Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 09:50

 

« Le parti du bon sens ou des pieds sur terre »

avec

des acteurs plutôt rien que juste des élu(e)s

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Les frontières ont été inventées et construites par les pouvoirs car chaque pouvoir a besoin d'un territoire pour s'exercer. Les frontières n'ont point d'autres causes.

Anne-Marie Thiesse

 

Là où on peut noter que de plus en plus que les personnes cherchent maintenant à se forger une "identité" qualificatrice et de (re)connaissance(s), au lieu de vivre en ne se demandant pas qui elles sont mais ce qu'elles font et doivent faire… 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

 ;

 

Donc. Comme le sujet a encore été abordé dernièrement, mais juste abordé et donc classé sans suites...Voici ce que nous avions indiqué en temps utiles aux personnes intéressées.

Suite à un changement dans la procédure électorale, des préfectures ont attribué arbitrairement des étiquettes à des listes de candidats aux municipales.

En effet, une nouveauté électorale a provoqué bien des émotions, phénomène inédit dans la commune, à l'occasion du scrutin municipal des 23 mars : l'attribution de « nuances politiques » aux listes souhaitant se présenter sans étiquette. 

Ce qui, comme à Beuvry (62660), a mécontenté beaucoup de prétendant(e)s aux postes de responsabilité dans les communes.

Si certaines ont engendré « diverses » vives explications au téléphone ou des courriers avec les mentions "urgent", "à rectifier au plus vite" ou encore "erreur d'étiquette", on a aussi rencontré des réactions de façade…

 

Rappel : c'est un changement dans la procédure électorale qui est à l'origine de ces « plaintes ».

 

Pour les municipales de 2014, tou(te)s les candidat(e)s à Beuvry ont dû remplir un formulaire en allant s'inscrire en préfecture. Une inscription pour laquelle la mention d'une nuance était obligatoire, avec l'objectif affiché par les autorités de rendre les élections "plus lisibles" pour les électeurs.

Mais cette catégorisation a posé un véritable problème pour les listes véritablement "sans étiquette" qu'on sait nombreuses dans une commune comme Beuvry.

 

 ;

 

Si en haut lieu on se défend de ficher élu(e)s et candidat(e)s, en indiquant aux préfectures notamment que "l'attribution est faite sur la base de la liste des nuances transmise par la circulaire du 15 janvier", on a tenu à préciser que "les préfectures ne peuvent pas refuser d'enregistrer une candidature au motif qu'elle ne ferait pas apparaître d'étiquette politique".

Elément connu des élu(e)s et candidat(e)s, contrairement à ce que d’aucun(e)s ont déclaré à Beuvry en jouant de la surprise indignée…

 

Note : CNIL, délibération du 19 décembre 2013

http://legimobile.fr/fr/cnil/del/aut/2013/2013-406/

 

 

Dans ce fichier, autorisé par la Commission nationale de l'information et des libertés (Cnil) la nuance politique, attribuée et à distinguer de l'étiquette, « vise à placer tout(e) candidat(e) ou élu(e) sur une grille politique représentant les courants politiques et se distingue ainsi des étiquettes et des groupements politiques. »

«Elle permet aux pouvoirs publics et aux citoyens de disposer de résultats électoraux faisant apparaître les tendances politiques locales et nationales et de suivre ces tendances dans le temps.»

Précision sur laquelle nous avions demandé quelques informations aux pétaradant(e)s, vitupérant(e)s personnes qui tenaient à montrer leur indignation officielle. Et qui n’avait semblé émouvoir personne plus que cela à l’époque…

 

Encore un détail de l’histoire…

 

Mais bref, passons.

 

Déjà trouver un nom le plus racoleur possible a dû être un casse-tête qui en a tenté plus d’un(e) à copier-coller et mélanger tout ce qu’on trouvait pour en faire une ratatouille où personne ne pourrait y reconnaître l’original de la copie et permettre ainsi une confusion par une « usurpation accidentelle »…

Parce qu’au départ cette classification obligatoire instaurée par le Ministère de l'intérieur devait « permettre une meilleure connaissance et compréhension des équilibres politiques nationaux » et « apporter un éclairage aux citoyens sur l'offre politique qui a lieu à un moment donné de notre histoire ».

 

Et revoilà l’histoire qui revient à la surface et qui sert de justificatif pour permettre de.

 

En effet, (seulement) 17 nuances étaient proposées aux candidat(e)s, allant de l'extrême gauche à l'extrême droite.

 

Alors si après les slows langoureux, les valses, les tangos, et les cha-cha-chas endiablés des dernières semaines, et après consultation des documents et de l’ensemble des colistiers on n’a pas trouvé la bonne case… C’est à ne plus rien y comprendre et douter de bien des déclarations de compétence…

 

Et de quoi alimenter la rubrique bêtisier (de l’extrême)…

 

Si en préfecture on n’a jamais nié qu'il y avait « des perfectionnements possibles », elles ont déclaré qu’elles avaient attribué des nuances aux listes en fonction de leur « connaissance des engagements des candidat(e)s » en fonction d'un « faisceau d'indices », citant les « fichiers existants, prises de position des candidats dans la presse, renseignements du terrain… » 

En fait, si les services de l’Etat n’ont aucun contrôle à effectuer sur l’étiquette politique d’un(e) candidat(e) correspondant à sa sensibilité politique, un décret du 30 août 2001, autorisant la création « d’un fichier des élu(e)s et des candidat(e)s », leur demandait déjà de les classer en plus selon une grille des nuances politiques.

 

Cette grille devait être communiquée aux candidats lors du dépôt de leur déclaration de candidature mais attention, à défaut, «la notification de la grille n’inclut pas la communication de la nuance attribuée au candidat », précisaient les services du Ministère de l’Intérieur.

 

Cette communication avait lieu si la personne candidate en faisait la demande.

 

Alors, sachant cela, pourquoi n’a-t-elle pas été faite ?

 

Parce que s’il fallait à ce moment-là avoir juste 1 idée géniale…

 

Comme quoi les zéros qui suivent…

 

 

 ;

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos
commenter cet article

commentaires

Observatrice des élections municipales 22/04/2014 13:39

Sur les 17 catégories proposées il y avait bien "Divers". Cette catégorie affichée comme telle correspond dans la seconde colonne de la liste à des petits mouvements politiques inclassables.
Mais ce que les électeurs lisent c'est uniquement la catégorie (Droite, gauche, centre,, extrême gauche... et donc "divers"). Le détail n'est pratiquement pas connu du public.
Une liste a choisi de se présenter sous la catégorie "Divers" sans forcément représenter les mouvements politiques de la seconde colonne.
Les électeurs retiennent que cette liste n'appartient à aucun parti et c'est bien le but rechercher par une liste réellement indépendante.
Oui mais voilà, quand un candidat se croit au dessus de tout le monde comme un souverains avec ses sujets et refuse coute que coute de cocher la case "Divers" la préfecture en attribue une.
Lorsque la préfecture attribue une étiquette politique, elle ne le fait pas au pif !
Quand plusieurs candidats d'une liste ou sa tête est reconnue dans le passé pour être proche d'une famille politique, la préfecture attribue cette catégorie d'autorité, certes, mais en connaissance de cause.

Pugwash 23/04/2014 20:03

Ce qui semble bien être le cas puisque d'autres personnes tout aussi motivées et qui ont osé aborder les sujets qui leur tenaient à coeur ont été tout aussi rapidement "remerciées"...

En ce qui nous concerne, peut-être aussi le fait de prendre nos interlocuteurs pour des personnes intelligentes et intéressées par les dossiers, et d'utiliser les termes justes a-t-il favorisé cette attitude primaire.

A chacun(e) de se faire son opinion fondée !

Observatrice des élections municipales 23/04/2014 15:33

Peut être trop imbues de leurs personnes pour demander l'avis des autres ?

Pugwash 23/04/2014 10:45

Nous avions communiqué à l'époque avec insistance ces trois détails semblant importants à nos yeux et que nous avons rappelés dans cet article :

1- Le « faisceau d'indices », les « fichiers existants, prises de position des candidats dans la presse, renseignements du terrain… » dont se sont servis les préfectures...
2- Si après les slows langoureux, les valses, les tangos, et les cha-cha-chas endiablés des dernières semaines des éminences grises, il n'a pas été jugé utile d'organiser une consultation commune des documents avec l’ensemble des colistiers pour trouver les bonnes cases...
3- Ce classement doit permettre aux citoyens de disposer d'indices fondés faisant apparaître les tendances politiques locales par un suivi de ces tendances dans le temps...

On nous a répondu à chaque fois que cela avait été fait et que les "têtes" des listes savaient ce qu'elle faisaient et n'avaient nul besoin d'observations de "débutants inexpérimentés" trop indépendants et consciencieux...

Etonnant, non ?
-

Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément