Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 06:52

 

D’abord, une petite définition que nous avons dû rappeler à nos interlocuteurs qui cumulent aussi les motifs d’interprétation toute personnelle et ponctuelle des définitions, règles et autres textes àselon la conjoncture et les conjectures.

Bref, leurs multiples int€r€ts cumulés. Donc :

 

Une société humaine est un état de vie collective organisée par un ensemble d’individus partageant des normes, des conduites, des mœurs et des coutumes variées, et qui interagissent en coopération de manière à former un groupe suffisamment homogène pour être identifiable, dans un objectif consensuel d’amélioration de cet état au bénéfice de cet ensemble.

 

Et toc ? Et toc !

 

Nous avons donc re-demandé ce qu’il en était des études envisagées, programmées, effectuées quant au sous-sol des communes du périmètre, dans lequel Beuvry (62660) est compris, même en bordure ! Car hélas, selon les interlocuteurs, Beuvry doit être compté dedans ou dehors... Normal !

 

Comme maintenant depuis Beuvry on aurait enfin un accès direct, privilégié et illimité aux services régionaux, départementaux, artois-commaux et que c’est quelque part dans ces instances que la présence active des intérêts collectifs beuvrygeois (ne) se ferait (pas) ressentir

 

 

Normal, non ?

 

Pour plus d’informations, retournez voir les précédents articles relatifs aux divers projets de valorisation [sic] et donc d’exploitation [re-sic] des sous-sols ainsi que les jolis dessins explicatifs qui les accompagnent.

 

Ensuite, saviez-vous qu’une étude à l’échelle nationale avait été lancée sur les filières industrielles de la valorisation énergétique du sous-sol (géothermie profonde, hydrocarbures, stockage d’hydrocarbures liquides, gazeux et de CO2) ?

 

Et que sa première phase s’était terminée ici, à la fin du mois d’octobre ?

 

 

Cette étude visait selon certains critères :

1-   établir un diagnostic de la structuration, du poids, de la santé et du positionnement des filières françaises de la valorisation énergétique du sous-sol profond ainsi que de ses besoins humains

 

2-   comparer la structuration et le positionnement des filières françaises par rapport à une sélection de filières  (entreprises ...) étrangères.

 

3-   identifier les transferts de technologies et de compétences entre filières et proposer des pistes pour effectuer ces transferts

 

4-   donner une vision prospective du secteur à l’horizon 2020 et dégager des mesures opérationnelles permettant le succès de ces filières.

 

Ce qui laisse apparaître des différences entre les discours officiels et publics, et les actions menées …

 

Etrangement les premiers concernés n’ont pas été intégrés dans cette recherche. En conformité avec le cahier des charges établi par les autorités ?

 

Les différents acteurs concernés et participant à cette étude pouvaient être contactés dans un second temps pour des entretiens plus approfondis et des ateliers pédagogiques.

 

Et qu’en qualité d’acteur du sous-sol profond implanté sur le territoire français, ces personnes avaient donc la possibilité de participer, à l'issue du questionnaire d’étude qu’elles ont complété, à un tirage au sort dont le (la) gagnant(e) devait recevoir un bon d'une valeur de 400 euros dans l'agence Voyages-privés.

 

Comme indiqué à titre d'exemple, ce bon correspond à un séjour pour deux à Venise en hôtel 4 étoiles !

 

En effet, il a été spécifié que toutes les pistes devaient être explorées pour donner les moyens au législateur de mettre en pratique la transition énergétique réactualisée envisagée.

 

La filière du sous-sol mériterait d’être explorée, selon les services compétents, donc aux plus hauts niveaux …

 

Tout naturellement c’est le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) qui a été chargé de sensibiliser le plus largement possible sur le sujet en ne négligeant aucune piste : « Les pouvoirs publics et les associations professionnelles s'associent pour mener une étude sur les filières industrielles de la valorisation énergétique du sous-sol (géothermie profonde, hydrocarbures, stockage d'hydrocarbures liquides, gazeux et de CO2). » 

 

Pour le BRGM, cette étude avait le mérite de constituer « une opportunité d’améliorer la visibilité et la compétitivité de la filière » et une occasion de « donner aux décideurs publics et privés les moyens d'agir pour accroître en France les retombées économiques et sociales des filières du sous-sol profond. »

 

Car c’est grâce à l’identification du potentiel de développement du secteur que ces énergies de sous-sol pourraient être incorporées dans les filières énergétiques. 

 

Donc, on peut considérer que cette étude consistait aussi à :

                  -     recenser le volume de consommation d’énergie et son évolution selon différents scénarii ;

                  -     d’étudier la compatibilité des besoins de consommation d’énergie avec chaque projet sélectionné, de manière isolée ou cumulativement ;

                  -     d’évaluer la rentabilité de chaque projet retenu par site en tenant compte de tous ses coûts, initial et d’entretien ;

                  -     de conclure, en indiquant les orientations possibles à planifier par rapport aux critères économiques retenus.

 

Les conclusiosn avantageuses devraient être :

         -     économiques :       la promotion des énergies en les présentant comme devant favoriser un redressement économique que l’on espère suffisant et pérenne, au moins pour le court terme (2020) ;

        

         -     financiers :             ces sources locales d’énergie devraient dégager des économies et des bénéfices à même de pouvoir amortir raisonnablement les investissements à effectuer, l’entretien des installations et peut-être la réhabilitation des sites au terme de leur exploitation.

 

http://sciencesdelaterre.ens-lyon.fr/enseignements/master/master-1/m1-semestre-1/geologie-et-societe-1/Fondasol_Anterrieu_ENS_081111.pdf?lang=fr

 

http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/4468076.stm

 

 

Beuvry : Pour gagner un voyage à 400 €, on ne vous a pas tout dit  …
Beuvry : Pour gagner un voyage à 400 €, on ne vous a pas tout dit  …
Beuvry : Pour gagner un voyage à 400 €, on ne vous a pas tout dit  …
Beuvry : Pour gagner un voyage à 400 €, on ne vous a pas tout dit  …

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul 30/11/2014 11:31

Quand on est à court d'argent, on fera tout et n'importe quoi pour gagner de l'argent. Dans le Pas de Calais vous avez un sous sol abandonné qui pourrait être prometteur. Mais attention aux fuites: pollution des nappes, mouvements de terrain, etc.
Bonne série d'articles.

Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément