Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 14:36

 

01.jpg

 

Alors en entrée, nous vous proposons de lire ceci pour que vous compreniez le "pourquoi" du "comment " du "parce que" :  

 

http://beuvry62archives.unblog.fr/files/2010/10/sfrbeuvry.pdf

 

Comment décide-t-on d’implanter une antenne ?

 

L’installation d’une antenne relais est un projet qui dure le plus souvent deux et dans certains cas trois ans entre l’identification du besoin, le choix de l’emplacement, la concertation avec la mairie, la négociation du bail, l’obtention des autorisations administratives, les travaux de construction et la mise en service de l’antenne.

 

Donc l’implication de l’actuelle municipalité est totale.

 

Nous aborderons un nouveau problème, celui des « captages » dans le domaine des demandes de communication à la population plus tard.

 

Une chose à la fois… C’est ce qui nous a été répondu lors d’une demande auprès de personnes qui captent très bien sur leur réseau…

 

Comment est choisi l’emplacement des antennes relais ?

 

Le choix de l’emplacement de chaque antenne relais répond à un besoin de couverture de la population ou un besoin de capacité (nombre maximal d’appels voix simultanés, volume total de données transmises simultanément).

 

Rien n’est laissé au hasard : de nombreuses études (étude des  reliefs, prise en compte de l’environnement) sont menées au préalable.

 

Il faut savoir que la capacité d’une antenne est limitée à 60 appels simultanés.

 

Le 61ème est donc rejeté, l’utilisateur voit s’afficher sur l’écran de son téléphone un message de type : « réseau occupé ».

 

 

A quoi servent-elles ?

 

Les opérateurs de téléphonie mobile installent des antennes relais qui permettent de couvrir un territoire donné dans lequel il est possible de téléphoner sans coupure lorsque l’on se déplace. Chaque antenne doit couvrir une zone géographique très précise.

Le téléphone mobile communique par ondes radio avec l’antenne relais la plus proche du réseau de l’opérateur téléphonique.

 

Les antennes relais permettent donc à l’utilisateur de « capter » en permanence (hors lieux non couverts, comme certains tunnels ou ascenseurs…) et d’éviter les saturations locales dues à un trop grand nombre d’appels. Elles offrent également la possibilité aux utilisateurs d’accéder à l’internet mobile haut débit et à de nombreux services multimédias.

 

 

 

Quels risques avec une antenne ?

 

La question n'est pourtant pas nouvelle. La polémique des effets des champs magnétiques des lignes à haute tension remonte ... aux années 70. EDF avait alors résolu le problème en commandant une enquête qui avait eu le mérite de rassurer.

 

Le problème étant que cette enquête

n'était pas "indépendante" d'EDF.

 

L’habitude était prise (voir les liens entre scientifiques auteurs de rapports et opérateurs dénoncés depuis…)

 

Alors quel est le problème ?

 

Le problème tient en partie à la méthode d'enquête: il est très difficile de démontrer un lien de causalité entre un désordre métabolique extrêmement rare et grave, et un incident environnemental, pour une simple question de ... population d'étude.

 

Il faudrait, pour démontrer la causalité, prendre une population saine, et l'exposer volontairement à cette contrainte environnementale, pour rechercher l'occurrence de désordres métaboliques…

 

Qui est volontaire ? Les riverains ? La municipalité ?

 

Solution extrême qui n'est évidemment pas conforme aux normes de santé publique actuelles. Non plus qu'à l'éthique de la recherche épidémiologique.

 

Il faut donc croiser les données sur d'autres populations que celles locales. Avec le risque de mélanger les nuisances environnementales… Etc, etc, etc…

 

Côté gouvernemental, Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à l'Ecologie, indique (Source Le Parisien) que « le CHU de Besançon effectue actuellement une étude sur le sujet. Dès que nous saurons mesurer précisément l'impact des émissions électromagnétiques sur la santé, nous lancerons une étude épidémiologique sur la population française qui servira de référence ».

 

C'est bien là qu'est tout le problème : attendre, et attendre toujours.

Et comme chacun fait ce qu’il sait faire le mieux :

Charles attend comme toujours !

 

Il y a bien l'Arrêt de la Cour d'Appel de Versailles du 4 février 2009 qui ordonnait le retrait des antennes relais en faisant de-facto une des premières applications judiciaires du principe de précaution

 

Le débat a rapidement évolué, puisque certains citoyens les plus exposés se sont saisis du problème et ont requis de leur juge le démontage des antennes relais, en vertu du principe de précaution.

 

Néanmoins la brèche était ouverte, puisque dans la foulée immédiate, le TGI de Nanterre rendait une décision identique (ordonnant le retrait d'une antenne relais, sur le fondement du "trouble anormal de voisinage").

 

Que vaut le principe de précaution?

 

Certainement ce que les Tribunaux seront capable d'allouer en cas de sinistre. Donc à hauteur du préjudice réel.

 

Voilà qui mériterait d'être médité...

 

 

L'élément le plus intéressant de l'arrêt de la Cour d'Appel de Versailles étant en définitive la reconnaissance du principe de précaution dans ses motifs décisoires, puisque la Cour statue par rapport à l'incertitude quant à l'inocuité de l'exposition aux ondes, et non quand à la preuve certaine des effets délétères de ces ondes sur la santé ou l'environnement.

   

 

Et pour conclure face aux arguments qui nous ont été opposés à chaque fois que nous demandions une information :

 

 

"... l'incertitude sur l'inocuité d'une exposition aux ondes émises par les antennes relais demeure et qu'elle peut être qualifiée de sérieuse et raisonnable... "

 

 

 

Il est trop tôt pour savoir quelle jurisprudence va dominer.

 

Cependant, gageons que, le principe de précaution étant rendu constitutionnel, la Cour de Cassation aura quelques difficultés à s'en défaire.

 

A suivre, donc. 

 

Mais à présent

 

AVEC UN RÉEL ESPOIR

 

ET SAIN CELUI-LÀ !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans L'info du jour
commenter cet article

commentaires

Marcel (sans son orchestre) 03/10/2010 20:58


Il n'y a rien qui vous interpelle dans la vidéo ?? On y parle de dossier d'information, de réunion publique.... Rien de tout cela à BEUVRY?? Jusqu'à quand les Beuvrygeois vont croire à la
solidarité de la municipalité avec les riverains. On se retrouve dans la même situation qu'il y a 2 ans avec les forages et les cuves. Et à l'époque c'est la municipalité dans sa totalité qui a dit
"on ne peut pas faire autrement que signer". Les riverains ne doivent surtout pas croire que l'on va les écouter s'ils sont pas plus actifs.


Pugwash 03/10/2010 20:22



Nous remarquons que ce qui est dans le commentaire n°4 est bien défini par le commentaire n°3.


Donc, explications : la municipalité d'il y a 3 ans ne savait pas faire... faute d'entente et de travail collectif...


et celle en place depuis 2 ans a tout rectifié : elle ne sait toujours rien faire grâce à une entente et un programme commun de non-communication.


les sujets qui le démontrent se cumulent aussi !


 


Mais gardons espoir Gérard, on nous dit qu'il faut voir l'avenir en rose !


 


Tout ça se discute...



Gérard 03/10/2010 20:08



2 à 3 ans ?


 


ça explique bien des choses !!!!


 






Vladimir Illitch Oulianov 03/10/2010 19:42



Une chose est sûre :


 


pour ce qui est d’avoir
de mauvais rapports


non consentis avec la population,


la municipalité…


 


ELLE


SAIT


FAIRE



RONIN 03/10/2010 17:52



ça présage rien de bon pour les riverains .


ils serviront de cobayes et passifs face à l'action de la mairie ( peut être grâce à son étiquette politique gôche ) qui n'appliquera pas le principe de
précaution.


J'ai lu l'article de la voix du nord où madame le maire explique qu'elle ne peut mettre l'antenne relais en pleins desert et tout un blah blah ...( lire la voix du nord
du 2 octobre ).


Cela sous entend que l'antenne ne sera déplacée et que les riverains se prépare à accepter le non déplacement de l'antenne et à des risques pour leur santé.


ça griller dans leurs neurones


Et ce ne sera pas dans l'intérêt de SFR qui devra savoir qui licencier pour avoir mis en danger les riverains .


 


 



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément