Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 15:09

01.jpg

 

En ces temps de démarchages qu’il soit électoral ou commercial, ce qui revient parfois à la même chose sauf au niveau de la réalisation… Nous avons cherché à comprendre les mots et expressions employés sur les documents qui nous ont été remis.

 

Ce qui pour nous coule de source !

 

Bref, vous savez, ces choses écrites en tout petit et/ou en bas de page à côté d’une grande photo publicitaire vantant les mérites imaginaires, imaginés, spoliés, détournés, réels ou autres… d’une chose qui promet de vous rendre des tas de services essentiels, qui vous garantit qu’après signature d’un contrat de confiance qu’on espère de tacite reconduction… mais qui au final…

 

Donc revenons à l’eau parce que quand il faut payer, les maux et les chiffres, ça nous branche…

 

ALLÔ ? ? ? ? ? ?

 

Les termes descriptifs des éléments d’un réseau d’eau potable

Les termes descriptifs sont nécessaires dès que l’on souhaite communiquer autour d’ordres de grandeur et d’une partie du système d’alimentation en eau potable. Le présent article est basé sur le document de référence. "Rendement des réseaux d’eau potable, définition des termes utilisés", AGHTM.


Concernant le réseau, les termes "conduites" et "canalisations" sont équivalents.

 

Concernant les eaux véhiculées :

 

"eau brute"          désigne l’eau qui n’a pas été traitée, c’est à dire dans l’état où elle est prélevée dans le milieu naturel et non introduite dans le réseau de distribution.

                              Le terme d’eau brute n’implique pas de notion de qualité : elle ne désigne pas obligatoirement une eau impropre à la consommation. En l’absence de traitement, elle perd sa qualification d’"eau brute" pour devenir "eau potable" dès le passage dans le réseau de distribution.

 

"eau potable"      désigne donc uniquement l’eau qui passe dans le réseau de distribution.

                              Comme indiqué ci-dessus, cette dénomination n’implique pas de paramètres de qualité.

 

Ces deux désignations servent donc à séparer les volumes non distribués (production, services) des volumes destinés aux abonnés


Ouvrage d’adduction

 

Définition :          Un ouvrage d’adduction véhicule de l’eau brute ou prétraitée

 

Les ouvrages d’adductions servent à amener l’eau brute depuis des sites plus ou moins éloignés où elle est généralement plus abondante et moins polluée vers les zones d’utilisation.

 

Ils peuvent être à ciel ouvert ou en conduite fermées.

 

Ce sont généralement les installations de traitement ou de stockage qui définissent la limite aval de ces ouvrages. En leur absence, cette limite peut être définie par un organe de comptage ou à défaut par une vanne de sectionnement.

 

Lorsqu’il y a un captage (et absence de traitement), celui-ci peut être considéré comme un ouvrage de production. Dans ce cas, seuls les ouvrages en amont seront considérés comme des ouvrages d’adduction.


Conduite de transfert ou feeder

 

Définition :          Une conduite de transfert véhicule de l’eau potable sans branchement particulier d’un ouvrage ou d’un secteur à un autre. On la désigne aussi sous le nom de feeder

 

La conduite de transfert se distingue des ouvrages d’adduction parce qu’elle véhicule de l’eau potable, presque toujours sous pression.

 

Normalement elle ne comporte pas de branchement de distribution à l’exception parfois de l’alimentation de quelques abonnés isolés situés en dehors des zones urbanisées, car elle est elle-même très souvent implantée en dehors de ces zones.

 

Par contre, elle peut comporter une ou plusieurs dérivations permettant d’alimenter d’autres ouvrages ou secteurs. La limite aval de cette conduite et de ses dérivations est constituée par un ouvrage ou un organe de comptage lorsqu’il s’agit d’un secteur de distribution.

 

Elle en diffère de la conduite de distribution  et l’on pourrait être tenté de l’exclure des réseaux pour calculer le rendement de ceux-ci. Mais comme elle est de même nature et transporte le même produit (qualité, pression) qu’une canalisation de distribution, elle fait partie intégrante du réseau. La désigner sous un nom spécifique évite de l’exclure tout en permettant d’affiner l’étude de rendement du réseau.


Conduite de distribution

 

Définition :          Une conduite de distribution véhicule de l’eau potable et comporte des branchements

 

La conduite de distribution alimente les zones à desservir. Implantée majoritairement dans les zones construites, c’est sur cette conduite que sont effectués les branchements d’abonnés.


Conduite de branchement

 

Définition :          La conduite de branchement véhicule de l’eau potable pour alimenter un abonné individuel ou collectif à partir d’une conduite de distribution

 

Cette conduite établit la liaison entre la conduite de distribution et les installations de l’utilisateur.

 

Le plus souvent à un utilisateur correspond une conduite de branchement. C’est le cas pour les abonnés domestiques individuels et de la plupart des immeubles collectifs (qui sont donc desservis par un branchement unique avec un compteur de première prise, collectif ou général)

 

Son origine est la prise sur la conduite de distribution, son extrémité est le raccord avec le point de livraison.


Point de livraison

 

Définition :          Le point de livraison est l’emplacement où est délivrée l’eau potable à l’abonné

 

Le point de livraison est situé au raccord aval du compteur (après).

 

Cependant cette notion désigne en même temps l’ensemble des appareils qui y sont regroupés et qui comprennent au moins un robinet avant compteur et un compteur, et éventuellement, un clapet de non-retour, un robinet après compteur, un té de purge, un réducteur de pression.

 

S’il n’y a pas de compteur (cas de certains usages publics), le point de livraison est au raccord (ou à la bride) aval de l’organe de fermeture, vanne ou robinet, situé en extrémité aval de la conduite de branchement.

 

Il ne peut exister de point de livraison sans conduite de branchement, par contre il peut y avoir plusieurs points de livraison pour une seule conduite de branchement.

 

Le terme "branchement", couramment utilisé, désigne l’ouvrage qui conduit l’eau potable de la conduite de distribution à l’installation de l’abonné. Il comprend trois parties :

 

                           -     la prise sur la conduite de distribution publique constituée usuellement d’un té ou d’un collier de prise en charge et d’un robinet d’arrêt sous bouche à clé. A un branchement correspond une prise sur la conduite et inversement.

 

                           -     la conduite de branchement, qui relie la prise au point de livraison.

                                 Dans certains cas,

                                       -  un branchement dessert plusieurs points de livraison. La conduite de branchement comprend alors plusieurs branches.

                                       -  le branchement est limité à l’organe de répartition exclu, tout en comprenant les points de livraison. Tout cela doit alors être spécifié dans les règlements de service.

 

                           -     le point de livraison tel que défini.

 

D’après le modèle de règlement de service (Circulaire du 14 avril 1988), le branchement comprend :

                           -     la prise d’eau sur la conduite de distribution publique

                           -     le robinet d’arrêt sous bouche à clé

                           -     un réducteur de pression, le cas échéant

                           -     la canalisation de branchement située tant sous le domaine public que privé

                           -     le robinet avant compteur

                           -     le regard ou la niche abritant le compteur, le cas échéant

                           -     le compteur

                           -     le robinet de purge et le robinet après compteur

 

Quand le compteur est placé chez l’abonné, le branchement comporte une partie sous domaine public et une partie privative.

 

Un branchement peut alimenter des abonnés domestiques, des industriels, des immeubles collectifs ou municipaux, mais il peut aussi alimenter (avec ou sans compteur), des appareils de fontainerie (bouches ou poteaux d’incendie, bouches de lavage, d’arrosage...) dont la gestion est assurée indépendamment du service des eaux (et qui ne font pas partie des réseaux).


Réseau de distribution

 

Définition :          Un réseau de distribution est un ensemble cohérent :

                                       -  de réservoirs et d’équipements hydrauliques

                                       -  de conduites de transfert ou feeders

                                       -  de conduites de distribution

                                       -  de conduites de branchements

                                       -  de points de livraison

                                       -  de tous les appareils de robinetterie et de régulation nécessaires

 

En amont    du réseau de distribution, il y a les ouvrages de prélèvement, d’adduction, de traitement et de pompage qui ne font pas partie du réseau de distribution.

 

En aval,      il y a d’une part les appareils de fontainerie qui sont des abonnés d’un type particulier, d’autres part les installations propres des abonnés.

 

La limite du réseau est située au point de livraison du branchement, ou à défaut à la bride aval de la vanne de sectionnement.

 

Les branchements (en domaine public ou privé) font bien partie du réseau de distribution jusqu’au point de livraison compris.


Secteur de distribution

 

Définition :          Le secteur de distribution est constitué d’un ensemble de canalisation de distribution et de branchements dont le volume mis en distribution est mesuré en permanence

 

Pour des raisons de commodité de gestion, de topographie ou de géographie, un réseau de distribution peut être divisé de façon permanente en zones indépendantes (bien qu’elles puissent dans certains cas se secourir mutuellement) dont chacune est alimentée en un ou plusieurs points et où l’introduction de l’eau (et la sortie vers une autre zone) est maîtrisée (comptée, régulée) de façon constante.

 

Ce sont des zones qui sont dénommées secteurs de distribution.

 

Les zones à étage de pression différente ne constituent pas forcément des secteurs de distribution différents.

 

Le secteur de distribution            est une notion à caractère hydraulique

L’unité de distribution                  se rapporte aux caractéristiques physico-chimiques de l’eau.

 

Une unité de distribution est un réseau ou une partie de réseau dont tous les points de livraison sont reliés hydrauliquement au(x) même(s) ouvrage(s) de production.

 

Cela veut dire que tous les points de livraison d’une unité de distribution délivrent une eau qui présente sensiblement les mêmes caractéristiques physico-chimiques (aux évolutions internes près).


Sous-secteur de distribution

 

Définition :          Un sous-secteur de distribution est un sous-ensemble de secteur(s) que l’on peut isoler à un instant donné

 

Pour des raisons conjoncturelles de diagnostic de l’état d’un réseau ou de recherche de fuites par exemple, un secteur de distribution peut être subdivisé à un instant donné en sous-ensembles dont on pourra temporairement maîtriser l’alimentation pendant les opérations de mesures. Un sous-secteur, aussi appelé "îlot" ou "zone" peut quelquefois être constitué à partir de plusieurs secteurs.

 

Le terme "maille" utilisé parfois est à réserver au calcul hydraulique des réseaux où sa définition est différente de celle du sous-secteur.


Service d’eau

 

Définition :          Un service d’eau est un ensemble cohérent :

                                       -  d’ouvrages de prélèvement

                                       -  d’ouvrages d’adduction

                                       -  d’ouvrages de production et de traitement

                                       -  d’un réseau de distribution

 

Le service d’eau ou service d’eau potable regroupe l’ensemble des ouvrages qui permettent de prélever l’eau dans la ressource, de l’amener à pied d’œuvre, de la rendre conforme aux normes de qualité, de la mettre en pression et à la disposition de l’abonné.

 

Il ne faut pas le confondre avec le service des eaux qui dans son acception habituelle est l’organisme qui gère le service d’eau (aussi parfois le service de l’assainissement) que la gestion soit déléguée ou en régie.

 

Dans le modèle de règlement du service (Circulaire du 14 avril 1988), le "Service des Eaux" est bien l’organisme gestionnaire.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans L'info du jour
commenter cet article

commentaires

meilleure mutuelle soins dentaires 03/04/2012 16:19


tout le monde attend fort, ce réseau d'eau potable

Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément