Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 12:14

 

01.jpg

 

 

Malgré les déclarations, rares donc mémorisées des vestiges (qu’on dit reliques quand on est en restes de ré-union) d’une opposition élue, il est des factures de dépenses qu’on pourrait peut-être essayer de revoir à la baisse en ces mois d’augmentations…

 

L’hiver, de grandes villes françaises comme Paris, Toulouse et Lille décident, temporairement, de ne plus éclairer certains monuments publics la nuit.

 

Beuvry n’étant ni une grande ville, ni dirigée par une équipe éclairée… aucune ampoule ne peut s’allumer au-dessus d’une tête quand le courant ne passe plus…

 

Nous n’oserions pas re-proposer de mettre en lumière une source de facture pour la collectivité, de crainte qu’une quelconque poétesse en sa qualité de maîtresse de  chaumière du fond du bois nous ressorte une tirade sur son ambition de faire de Beuvry un phare culturel illuminant les environs.

 

Anecdote ?

 

Un peu, car de véritables enjeux concernent l’éclairage public, objet de quelques zones d’ombre à Beuvry…

 

Même si d’autres communes de quelques milliers d’habitants, décident d’éteindre l’éclairage public de leurs rues de minuit à 5 heures du matin. Et que de plus en plus de grandes villes adoptent des plans lumière, véritables projets d’aménagement de leur territoire.

Beuvry illumine… Mais ne peut déjà plus payer cash !

 

Mot d’ordre collectif (*) : éclairer juste.

(*) Sauf là-où-vous-savez-grâce-à-qui-vous-vous-souviendrez

 

En moyenne : 47% de la consommation d’électricité, soit 20% du budget total énergie. L’éclairage public et la signalisation sont le premier poste consommateur d’électricité des communes (enquête « Énergie et patrimoine communal », réalisée tous les 5 ans par l’ADEME).

 

Bien qu’hermétiques, nous allons tenter d’apporter un éclairage sur un sujet assez complexe…

 

Car toute population a besoin d’éclairage public et il faut tenter de répondre le plus raisonnablement possible. En effet, l’éclairage est très difficilement mesurable : c’est essentiellement du ressenti.

 

L’impression de n’être pas assez ou trop éclairé ne peut se faire objectivement que sur un site qui propose différents éclairages. Ce qui pose déjà problème.

 

Les notions spatiales et temporelles entrent en jeu : il n’y a pas besoin du même éclairage, à tout moment de la nuit, partout. Pas vrai Bidule (pas de nom histoire de ne pas…), tu sais de quoi on parle. Toi qui nous apporte parfois tes veilleuses sur les sujets traités par d’autres depuis des années ? (Rappel historico-comique)

 

Une idée à 220 volts parmi d’autres : Par souci d’économie, la ville allemande de Dörentrup (8 500 habitants) éteint tous les soirs à 21 heures les lampadaires de ses rues les moins passantes. Les passants peuvent les rallumer pour quinze minutes sur leur trajet, grâce à leur téléphone portable !

 

Ce service a permis une diminution de 25 % de la facture de l’éclairage public.

 

Serait-ce une raison pour laquelle la municipalité tient tant à l’implantation de plusieurs antennes-relais sur l’ensemble du territoire de la commune ?

 

Sur la question de l’éclairage public, les villes font danser les concitoyens d’un pied sur l’autre, avec un imparable argument : la sécurité.

 

Quelques voix s’élèvent depuis un moment à Beuvry pour dénoncer la manœuvre.

Les économies d’énergie passeraient après la question de la sécurité. Mais quelle sécurité ?

 

Il n’y a plus dans Beuvry que quelques patrouilles à la demande des représentant(e)s de la municipalité et réserves…

 

D’accord, nous avons en échange un garde champêtre. Mais ses fonctions ne sont pas orientées en ce sens…

 

C’est un fait, les grandes et moyennes villes ont multiplié les points lumineux avec l’embellissement et les mises en valeur patrimoniales. Monuments et bâtiments rivalisent d’habits de lumière.

 

Quitte à pratiquer de temps en temps une extinction emblématique des feux.

 

Le rayonnement touristique des villes lumière(*) s’accorde peu avec les impératifs de maîtrise de l’énergie prônés par l’Union européenne.

(*) Sauf que là-où-vous-savez-grâce-à-qui-vous-vous-souviendrez

on parle plutôt de ville lanterne

 

Ah oui, un détail : si on éclaire les monuments historiques, témoins des avanies d’étourdi(e)s qu’on n’oserait qualifier de menteurs(-euses) plus par respect pour la fonction que pour les organes vieillissant$ qui de temps à autre y résonnent sans raisonner…

 

Le code absurde : 7-4-2-6 (Casimir aime le pernod).

Sinon une devinette mnémotechnique : 6-4-5-2 le tout suivi de : 2014

 

On se refuse toujours à éclairer les derniers commerces qui survivent encore. Exception faite des établissements de crédit qui cumulent les illuminations… Faudrait-il là aussi craindre une certaine relation ?

  

Et n’oubliez pas d’éteindre en quittant cette page…

 

Ne faites pas comme derrière les balcons fleuris où certaines nuits sans lune

on peut entendre les derniers échos (sans haine…)

faire résonner une dernière avanie entre ami(e)s.

 

Pas vrai Framboise ?

 

 

 

Et pour finir, une dernière très bonne raison pour ne pas faire d’entête à rallonge à son courrier.

A méditer 20 000 fois avant de devenir sourd(e) sans compter que pour tout écrire, il faut éclairer la feuille et ensuite l’enveloppe, ce qui augmente aussi la facture d’électricité.

 

Voilà donc pourquoi certaines personnes élues déclenchent des mouvements de panique à Gravelines !!!!!!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans L'info du jour
commenter cet article

commentaires

Pugwash 02/02/2012 18:32


Gardons espoir !


 


Si vous avez suivi l’exposé de notre professeur,


vous comprenez maintenant pourquoi


nous sommes contre la semaine de 35 heures !


 


Oui, pour nous c’est non !


 


Certaines disent même


que sans entrer dans le vif du sujet,


nous sommes tout tout tout contre…


 


D’autres disent que l’union a des devoirs.


Mais cette union là n’est qu’une bagatelle sans lendemain.


Car à trop vouloir être au four et au moulin…


On finit par perdre la boule entre les mauvaises herbes.

Jean Qhun-Hunnebohne 01/02/2012 14:15


twintigduizend orgasmes, wat belediging aan al die machteloos om hun beloften te houden!

Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément