Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 21:37

 

01.jpg

 

Une nouvelle espèce de reinette à Beuvry ?

 

Voici en 2 minutes, ce qu’il en restera dans nos mémoires après un court passage au buffet…

Quasimirement : RIEN !

 

Alors, étanchons, étanchons !

 

 

C’est ce que l’on pourrait croire en voyant les cigales capter les signaux émis par des antennes qu’on a fait reluire pour l’occasion.

 

Pourtant à plus de 9000 à 10000 de toute campagne, une belle en ville nous est apparue ce soir.

 

Après un concert de coassements pour tenter de se faire aussi imposante qu’un bœuf prétendu de belle taille. Ce qui est comme tout relatif comme chacun(e) le sait ou au moins le croit… Et ce ne sont pas les corbeaux posés sur les fils qui courent en tous sens qui le contrediront. Oh que non !

 

Dans cette maison, encore une fois toute une poésie de bulles moussantes suivies de battements ordonnés de pattes. Le tout dans une cadence qu’on croirait sortie d’un ballet démocratique, populaire et avancé.

 

Avec tous ces chants de sirènes qui normalement en laisseraient plus d’un(e) médusé(e), on pourrait dire encore une fois : que d’échos… Et sans haine !

 

Pataugeoire où l’on a mélangé les désirs et les réalités, les couleurs pour faire passer la feuille de nénuphar qui peine à flotter à la surface des vagues pour un pétale de rose.

Car dame nature a fait la langue de grenouille longue et élastique afin de mieux aller attraper les derniers représentants, papillons jolis, qu’elle gobera lors de ses futurs repas.

 

Malgré le fait que de plus en plus elle se tient sur le siège, il est vrai que sur bon nombre d’images, la reinette est montrée encore verte. On a pu le remarquer lors des quelques emballements coassants qui ont mis du rose aux ouïes des quelques carpes sorties de leur vaseuse léthargie histoire d’admirer le dernier quartier de lune en faisant quelques remous de surface du bout de la nageoire.

 

Il est vrai que notre produit local a déjà bien laissé ses marques avec ses pattes munies de ventouses qui lui permettent de grimper partout pour s’y agripper et s’y maintenir avec conviction. Le tout dans un concert nocturne, un cumul de verbes pour exprimer un engagement et une nage synchronisée en eaux troubles.

 

Cette représentante de la famille des batraciens sait que les postes d’observation permettant de repérer un prochain repas arrivant avec un moindre effort étant souvent les plus élevés.

 

Avec tous les travaux poursuivis dans Beuvry, l’environnement ne sera jamais aussi vert qu’espéré. Cher espoir…

 

Gageons cependant que pour la prochaine saison des amours, celle qui y est éclose nous offrira une promesse qui embaumera l’air dans toute la région.

Espérons qu’elle n’imitera pas l’araignée qui elle embaume ses proies pour festoyer un peu plus tard sur leurs restes.

 

Il est des alevins, têtards et tritons, qui devraient cependant garder un œil sur  ce qu’il se passe de l’autre côté de la surface. Car par dépit, ne pouvant atteindre la taille fût-elle modeste d’un bovin, notre sauteuse pourrait bien s’imaginer sans risque pouvoir encore muer en un autre volatile familier de notre marais et vouloir comme lui user de son long bec emmanché d’un long cou pour mieux établir son règne sans partage.

 

Mais cela nous ne le saurons que dans quelques semaines, après l’éclosion des œufs…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pugwash 23/01/2012 18:23


Mais qui ça ?


 


Nous ne savons pas de qui vous parlez !


 


Pour nommer quelqu’un(e), il faudrait que cette personne existe.


 


Qu’elle ait une existence propre, pas une parodie.


 


Depuis 2008, à Beuvry on tourne déjà tellement de parodies…


 


Enfin si l’on veut.


 


Pour nous, le terme exact est dramatiques…


 


Ce qui est au moins 29 fois plus grave !

jacouille 23/01/2012 09:48


belle imitation de la méthode hollandaise, on parle d'elle sans jamais cité son nom.


 

Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément