Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 18:59

01.jpg

Mais qu’est-ce que c’est ?

 

Beuvry (62660), une commune modeste, normale en somme car comptant moins de 10000 habitants mais située dans le Pas de Calais (62).et non pas dans la Somme (80).

Ceci pour préciser le sens du mot modeste que nous avons employé en introduction. Sens qui peut être bien différent… ailleurs… Et qui bouge aussi !

 

Comme l’indique son nouveau logo :

http://ville-sens.fr/index.php/Le-Maire?idpage=13&idmetacontenu=

 

Etrange n’est-il pas(*) ?

 

(*)    Strange, isn’t it Watson ? – Ceci pour les anglophiles et phones (même faux) et les encore peu nombreux collectionneurs de similitudes graphiques.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Mais revenons à ce qui nous a été demandé aujourd’hui par quelques riverains.

 

Une histoire d’H2O

et de moyens préservatifs

 

L’eau douce nécessaire à l’alimentation des agglomérations peut être soustraite à divers types de réservoirs : une source, un cours d’eau, un lac de retenue naturel ou artificiel, ou une nappe d’eaux souterraines.

 

Le choix dépend des ressources locales mais porte de préférence sur les réservoirs normalement les moins exposés aux contaminants afin de bénéficier d'une eau brute ayant normalement la meilleure qualité possible.


Les eaux de surface sont prélevées à l’aide de simples canalisations dans lesquelles l’eau s’écoule soit naturellement par gravité, soit par pompage quand la topographie du point de captage le requiert. Un système de grilles permet de retenir les corps flottants complètent l’aménagement.


Dans un souci de préservation de la qualité des eaux prélevées, la loi française de 1992 impose aux collectivités l’acquisition en pleine propriété des terrains situés autour des points de captage, à l’intérieur d’un périmètre dit de protection immédiate, afin d’y empêcher toutes activités.

 

Elle définit également un deuxième périmètre dit de protection rapprochée, voire parfois un troisième, à l’intérieur desquels les activités sont réglementées.

 

 

http://www.actu-environnement.com/images/illustrations/news/15925_une.jpg

 

 Et parce qu'il faut bien capter ce dont il est question :

 

 http://hmf.enseeiht.fr/travaux/CD0102/travaux/optsee/bei/3/g31/im71.jpg

 

Les périmètres de protection de captage sont établis autour des sites de captages d’eau destinée à la consommation humaine, en vue d’assurer la préservation de la ressource.

 

Périmètre      nom masculin, mais aussi néanmoins commun

                        Sens :             Longueur de la ligne qui délimite les contours d'une surface.

                                                Somme des mesures des côtés d'un polygone.

                                                Zone de terrain définie, déterminée, réservée à quelque chose, à quelqu'un.

 

« Il faut sécuriser le périmètre ! »

Leroy Jethro GIBBS – N.C.I.S.

 

L’objectif est donc de réduire les risques de pollutions ponctuelles et accidentelles de la ressource sur ces points précis.

 

Les périmètres de protection de captage sont définis dans le code de la santé publique.

 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006686390&dateTexte=20090807

 

Ces périmètres ont été rendus obligatoires pour tous les ouvrages de prélèvement d’eau d’alimentation depuis la loi sur l’eau de 1992.

Aux multiples articles abrogés depuis.

 

Loi signée par le Président de la République, François MITTERRAND, sa première ministre, Édith CRESSON - son ministre de l'environnement, Brice LALONDE - son ministre délégué à l'industrie et au commerce extérieur, Dominique STRAUSS-KAHN

 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006078514&dateTexte=20091015

 

Cette protection mise en oeuvre par les ARS comporte trois niveaux établis à partir d’études réalisées par des hydrogéologues agréés en matière d’hygiène publique :

 

1-    Le périmètre de protection immédiate

                  Site de captage clôturé (sauf dérogation) appartenant à une collectivité publique, dans la majorité des cas.

                  Toutes les activités y sont interdites hormis celles relatives à l’exploitation et à l’entretien de l’ouvrage de prélèvement de l’eau et au périmètre lui-même.

                  Son objectif est d’empêcher la détérioration des ouvrages et d’éviter le déversement de substances polluantes à proximité immédiate du captage.

 

2-   Le périmètre de protection rapprochée

                  Secteur plus vaste (en général quelques hectares) pour lequel toute activité susceptible de provoquer une pollution y est interdite ou est soumise à prescription particulière (construction, dépôts, rejets …).

                  Son objectif est de prévenir la migration des polluants vers l’ouvrage de captage.

 

3-   Le périmètre de protection éloignée

                  Facultatif, ce périmètre est créé si certaines activités sont susceptibles d’être à l’origine de pollutions importantes. Ce secteur correspond généralement à la zone d’alimentation du point de captage, voire à l’ensemble du bassin versant.

 

L’arrêté préfectoral d’autorisation de prélèvement et d’institution des périmètres de protection fixe les servitudes de protection opposables au tiers par déclaration d’utilité publique (DUP).

 

Bon à savoir :

 

Etat d’avancement des périmètres de protection de captages :

 

                  a-   56.6 % des captages bénéficient d’une protection avec déclaration d’utilité publique (sur 33 820 captages)

                                 -     dont : 57.3 % des captages en eaux souterraines

                                 -     dont : 38.5 % des prises d’eau superficielles

                  b-   66.1 % du total des débits protégés

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Sources :

 

http://www.legrenelle-environnement.fr/IMG/pdf/engagements_grenelle.pdf

 

http://www.eaufrance.fr/IMG/pdf/SNDE_Aout2010-2.pdf

 

http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/References/2012/R%C3%A9f%C3%A9rences%20Eco%20envt%202010%20ed2012.pdf

 

http://www.eaufrance.fr/IMG/pdf/spea2009_201202.pdf

 

Et les pages 19 à 31 de ce dossier :

http://www.eaufrance.fr/IMG/pdf/captage_eau_pdf_interactif.pdf

 

Pui(t)s :

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/CAPTAGE_WEB.pdf

 

Et pour de beaux dessins et schémas :

http://hmf.enseeiht.fr/travaux/CD0102/travaux/optsee/bei/3/g31/pa20.htm

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans L'info du jour
commenter cet article

commentaires

Prout ma chère 29/11/2012 11:37


Vous parlez de périmètres, mais estce qu'ils sont respectés avec tous les camions qui vont déverser des boues au pont de Gorre ?


Etrange ce silence sur ce sujet ailleurs qu'ici, vous ne trouvez pas ?

Panglos 29/11/2012 14:56



Sans être natif(-ve) de Beuvry, il vous sera difficile de comprendre !


 


Déjà que pour nous...........



RONIN 28/11/2012 21:50


si le SMAEL se soucie du Chlore c'est que le problème est bel et bien présent pas prendre les gens pour des cons.

Panglos 29/11/2012 00:15



Mais puisqu'on se tue à nous dire qu'il n'y a aucun risque !


 


Pourquoi ne pas croire ces personnes ?


 


Un jour elle reconnaîtront leur responsabilité... Mais nieront toute culpabilité !


 


Normal, non ?



Titi 27/11/2012 10:27


Jamais vu un organisme aller vite surtout public


Faut d'abord trouver les copains à qui on va confier le boulot et négocier tous les tarifs


Alors si vous trouvez que le chlore n'a ni bon gout ni bonne odeur demandez aux élus de servir de l'eau du robinet pendant les réunions pour que ça avance plus vite

Panglos 27/11/2012 11:51



On ne dit pas que ça pue, non, on ne le dit pas.


Ici on dirait plutôt que ça sent la rose.


 


Et même parfois on confond et on pense : l'arrose...


 


Mais on ne fait que le penser.



père fouettard 27/11/2012 07:34


Le Bureau du SMAEL s'est réuni le 21 septembre 2012 à son usine de production d'eau potable d'Aire sur la Lys pour  y constater et délibérer sur les moyens à mettre en place pour contrer une fuite de
chlore.


 


http://www.smael.fr/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=101&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=55


 


Où on apprend qu’après avoir constaté la fuite, la constatation a été prise en compte, le bureau du SMAEL s’est réuni, on y a décidé d’autoriser le président à
chercher tous les moyens afin de mettre fin à cette fuite.


 


Pour l’instant rien n’aurait encore été fait ?


 


Etonnant, non ?


 



AVEC CET EXEMPLE,


ET SI  ÇA SE PASSAIT  À





BEUVRY





ENTRE


DÉCOUVERTE D’UNE FUITE


ET


RÉPARATION





ÇA DEMANDERAIT COMBIEN DE
MOIS ?



 


 


 

Panglos 27/11/2012 07:44



Mais qque voilà une idée farfelue...


 


A Beuvry, la solution à tout problème est mise en place avant que le problème ne pense à survenir !


Avec une telle vitesse de réaction, on a même décidé d'enlever les fameux radars pédagogiques pour ne pas avoir à en faire la publicité dans le bulletin municipal !


 


Mais au fait, ils sont passés où ceux-là ?


 


Parce que comme la pédagogie a un certain coût... Il serait intéressant de dire aux contribuables où ils ont été installés ou rangés...



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément