Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 18:21

Oyez, oyez, oyez !

 

Amenez vos antennes dans le quartier, braves gens…

 

 

Histoire courte pour

Beuvrygeois dans le pétrin


 

Et zut, flûte, crotte !

 

Robert nous a relaté une aventure survenue il y a quelques temps à une dame car figurez-vous qu’encore une fois, une personne a bien failli entre place et mairie…

 

Nous transposons un cas réel survenu loin très loin de Beuvry à une situation que nous n’espérons jamais voir survenir dans notre commune !

 

Cour administrative d’appel de Marseille, 11 janvier 2010, n°07MA03276

 

Oyez, Johnny n’étant pas disponible pour notre histoire, nous avons demandé l’aide d’un conteur de choix.

 

Allez Charles, pour nous changer de tes histoires de quartier à deux sous, remets ta veste sur l’endroit, prends ton micro, ta plus belle voix, et sors-nous ton petit couplet….

 

Il était une fois à Beuvry un piéton distrait, du genre sixième membre d’une bande sur le retour médiatique, qui rêvait à un avenir meilleur sans personne pour contester ses absences de choix.

 

« Bonjour, je m’présente : je m’appelle Henri ! »

 

 

Au fait : si vous décidiez de raconter cette histoire un de ces jours-ci dans Beuvry, sachez que vous pouvez lui donner le prénom de votre beau-frère, d’un voisin, d’un élu.

 

Vous pouvez aussi transposer au féminin si ça vous chante…

 

Ça n’a rien à voir avec le sexe !

 

 

Mais revenons à notre crotte !

 

Ce piéton n’est pas particulièrement attentif aux choses qui sont dans sa commune, donc il n’est pas attentif à un « obstacle » visible sur la chaussée.

 

Un cri retentit, ténébreux, foudroyant, mais sans micro-artifice car venant du cœur et qui surgit du fond de ses poumons : « Zzzzzz…  Et me….de ! ».

 

 

Cambronne savait si bien exprimer ses idées, non ?

 

 

Patatra, voilà qu’il pose le pied sur la « chose » et glisse. Le voilà comme dans la chanson qui se retrouve par terre et le nez dans le ruisseau !

 

A qui la faute donc ?

 

Alors Félicie, peut-il rechercher la responsabilité de la collectivité territoriale qui assure l’entretien de la voie ?

 

Car il est hélas victime d’une fracture après avoir glissé sur cette crotte. Comment pourra-t-il remplir ses obligations vis-à-vis de toutes les personnes qui comptent sur lui pour les soutenir dans leurs tracas locaux ?

 

Notre passant, claudiquant, recherche la responsabilité de tous ses maux ne passant pas auprès de cette commune, responsable de l’entretien de la voie.

 

Mal préparé, peu soutenu par les quelques derniers proches amis, se défendant comme il défend : c'est-à-dire plutôt mal, il est débouté en première instance.

 

Aïe, aïe, ouille !

 

Mais convaincu de son droit, même si avec un mauvaise carte en main il est gauche et s’en cache, il obtient finalement gain de cause en appel huit ans après sa mauvaise chute !

 

Une communauté urbaine est en effet « tenue par un nettoyage régulier d’assurer la propreté qu’exige notamment la sécurité des piétons ».

 

Or « il résulte des attestations produites au dossier (...) que cet entretien n’était pas effectif et que cet endroit était habituellement souillé ».

 

Néanmoins la victime a commis une faute d’inattention en ne vérifiant pas où elle mettait les pieds. En effet, « l’obstacle était visible et pouvait être évité par un piéton normalement attentif ».

 

Moralité : si l’EPCI est responsable de l’accident, ce n’est qu’à hauteur des deux tiers des conséquences dommageables.

 

N’allons pas trop vite, le dossier n’est pas clos. En effet, i reste à déterminer, pour une juste évaluation du préjudice, si le passant a marché dans l’objet du délit, avec le pied gauche ou le pied droit…

 

Une expertise sera prestement diligentée par les autorités...

 

 

 

 

 

 

Et si vous voulez passer une

Bonne soirée

 

Regardez aux 2/3 où vous marchez !

(Pour les nostalgiques de l’ancien temps qui espèrent le retour du Père Noël : 36 15 code Mairie)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fernand 22/10/2010 21:40



Je crois que certains ont plutôt de la m.... dans les yeux à Beuvry.


Et aussi dans les oreilles vu qu'ils sont sourds à ce qui ce dit dans la rue.


 



Régis 27/09/2010 23:33



C'est trop réaliste, on voit le film !


Et on sent que les acteurs sont dans la peau des personnages.


 


J'espère que cet article sera lu au moins 6 fois et qu'il aura au moins 6 commentaires.


J'espère que ces 6 commentaires ne seront pas remplis qu'avec des promesses pour la prochaine élection.


J'attends.



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément