Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 23:16

01.jpg

 

 

Pourquoi plagier ?

 

Face à une constatation qui se reproduit régulièrement à Beuvry, nous nous sommes posés cette grave question.

 

Du premièrement au sixièmement, il ne faut pas oublier que le plagiat, c’est tout sauf du neuf. Donc en ce bas monde voilà le point sur lequel aujourd’hui nous sommes d’accord.

Et comme à Beuvry on nous affirme qu’il n’y a rien de neuf à signaler et que c’est pour cela qu’on ne nous dit rien…

Remarquez, quand il se produit quelque chose, on ne nous dit rien non plus.

 

Ces deux remarques ne s’opposent pas.

 

Pour en revenir à notre sujet, le plagiat :

               a-   de temps en temps, ça ne fait pas de mal. Tout dépend de la fréquence de parution des dépliants publicitaires. N’importe quelle personne élue pourrait vous le confirmer hors micro et hors caméra.

 

               b-   c’est un des seuls moyens pour écrire ou faire écrire par un « nègre » sans avoir à réfléchir. Encore faut-il que ce dernier lise autre chose que des japoniaiseries et qu’il ait un « S » pris à défaut de culture.

 

               c-   ça permet de lutter efficacement contre l’usure prématurée du cerveau et de conserver ses neurones pour analyser intelligemment la dernière intervention alambiquée d’un possible opposant en réunion publique.

 

Voilà donc un top pour vous encourager à vous asseoir comme il faut sur les valeurs morales qu’en principe on vous a inculquées à l’école primaire. Surtout si c’était il y a longtemps.

 

Voici ce que nous avons pu remarquer au fil de nos lectures officielles :

 

1-   On peut s’auto-plagier : on ne se foule pas, soit, mais au moins, c’est de votre cru. Mais si c’est pour l’être cru, là c’est cuit car on aura toujours un opposant dans l’ombre qui relèvera la copie…

 

2-   Plagier c’est le succès assuré : si l’on plagie, ça signifie qu’on a trouvé ça quelque part. Si on l’a trouvé quelque part, c’est que c’est un tant soit peu connu quelque part. Si c’est connu, c’est que ça eu du succès. S’il y a eu du succès, il n’y a pas de raisons pour que ça s’arrête. Logique. Nous aurions bien mis un P.S. à la fin mais là aussi il y aurait eu plagiat…

 

3-   Le plagieur ou la plagieuse n’a pas besoin d’être un(e) acharné(e) du boulot : étant donné qu’il n’est pas nécessaire de réfléchir, on peut demander à quelqu’un de s’en charger, là on obtient la Rolls Royce du « nègre ». Mais attention que cette sombre pratique de couloir que certain(e)s critiquent chez d’autres n’arrive pas en pleine lumière.

 

4-   Plagier protège de la susceptibilité : si les critiques descendent en flammes votre nouveau chef-d’œuvre, il suffit alors de dévoiler sa plagitude et l’opprobre retombe sur les plagiés. Imparable et sans chinoiser, même ça, on a déjà plagié...

      Veiller quand même à ne pas mettre de micro devant des personnes qui pourraient s’opposer à la pratique du plagiat.

 

5-   Plagier est devenu un jeu d’enfant : à notre époque le plagiat est très en vogue grâce aux logiciels de capture de texte et présentation multimédia. Effectivement, il y a encore quelques années, il fallait s’introduire discrètement dans un bureau ou chez l’imprimeur à la nuit tombée afin de recopier tout ça en douce. Maintenant de chez soi, enen toute quiétude et en charentaises, en 29 clics à gauche de souris, on réalise un montage à tromper un éléphant.

 

6-   Le plagiat donne accès à un tout nouveau domaine de jouissance que certain(e)s ne connaissent pas encore : l’irremplaçable bonheur d’avoir réussi à prendre les gens pour des imbéciles pendant un bon moment. Les exemples ne manquent pas autour de nous …

 

7-   Le plagiat permet d’améliorer sa subtilité : ce qui pourra vous être utile dans d’autres domaines tels qu’un meeting électoral(iste) ou une publication de promotion personnelle. En tant que plagieur(-euse) digne de ce nom, il faut maîtriser l’équilibre délicat entre le recopiage et l’adaptation. Attention tout de même à ne pas trop s’éloigner du recopiage car cela aurait un double effet pervers : mise à contribution du cerveau et donc fatigue et, pire sans doute, le risque de ne plus être considéré(e) comme un plagieur(-euse). Echec retentissant. Même les fidèles risquent d’en perdre leur latin. Déjà qu’ils ne sont plus si nombreux.

 

8-   Plagier c’est tromper : puisque certains n’ont plus tellement d’entourage acquis, le plagiat est une manière alternative d’en tromper un maximum en une seule fois. Une efficacité redoutable. Un peu de couleurs, quatre pages au minimum, quatre mille exemplaires et l’affaire est bouclée.

 

9-   Plagier est une activité reposante et agréable : et quand il fait beau, c’est toujours plus plaisant de sortir le maillot de bain et d’aller à la piscine (quand on en a une à proximité) que de s’enfermer dans un bureau, tout simplement. On a toujours les personnes qui n’aiment pas l’eau, au dehors ou au dedans, qui vous affirmeront qu’une piscine ça n’est pas utile.

 

Pour plus de détails et d’autres cas voir http://www.topito.com/

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

 

Donc, rencontrer des personnes qui vous disent qu’il ne se passe rien à Beuvry et que donc elles n’ont rien à dire est un cruel moment de désespoir.

 

En un mot comme en six, ça nous changerait des nouvelles habitudes.

 

Elles pourraient au moins plagier une minorité des idées qu’on leur a plagiées en majorité. Et face à un micro, le faire savoir…

 

Non ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans L'info du jour
commenter cet article

commentaires

Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément