Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 10:48

 

Danger des antennes-relais :

et si l’on nous mentait(*) ?

 

Vu que comme d’habitude, des personnes bien introduites dans les milieux autorisés nous accusent de raconter des inepties (nom féminin, sens : absurdité, synonymes : ânerie – bêtise – ou encore co…rie comme nous l’avons entendu…) parce que nous ne savons pas rester à nos places et être contents de tout le bien qu’on fait pour nous chaque jour…

 

Même sans rien nous demander ni même rien que nous en parler…

On nous fait une fleur quoi !

 

 

 

 

  

Pourquoi ce titre d’article(*) ?

(qui n’est pas de nous) 

 

D’abord pour rappeler ceci : « Les opérateurs dissimulent les vraies expositions pour des histoires de gros sous »

Pour cette phrase prononcée dans une interview, le porte-parole d’une association était traîné devant les tribunaux.

 

Condamné en juillet pour atteinte à l’honneur de Bouygues Télécom, il comparaissait à nouveau, assigné cette fois par Orange et SFR.

 

Ça ne rigole pas à l’ombre des antennes, alors faisons la lumière !

 

Le Parquet a requis la relaxe.

 

A cause de cette phrase en effet, prononcée dans une interview accordée au Journal du dimanche en novembre 2003, Etienne Cendrier, porte-parole de l’association Robin des Toits, était traîné devant les tribunaux par les trois opérateurs de téléphonie mobile.

 

Bouygues Télécom, qui lui réclamait 200 000 euros, avait déjà obtenu sa condamnation en juillet 2005 à 5000 euros de dommages et intérêts, ce à quoi s’ajoutaient 4000 euros pour divers frais…

 

Jugement assorti d’une exécution provisoire, malgré l’appel interjeté : « En "tapant" les associations et leurs militants au porte-monnaie, les opérateurs tentent d’étouffer ainsi ce qui a toutes chances de devenir demain un scandale majeur de santé publique », s’indignait Robin des Toits.

 

Mais il semble bien que le vent tourne, Orange et SFR, plaignants du jour, ayant été mis en difficulté par les témoignages d’experts indépendants cités par la défense.

 

Pierre Le Ruze, chercheur spécialisé dans les effets des ondes électromagnétiques, a ainsi déploré : « Les travaux qui ne vont pas dans le sens d’une innocuité des expositions sont purement et simplement jetés à la poubelle ». Il a aussi confirmé que bon nombre des rapports officiels niant la nocivité des antennes-relais sont rédigés par « le même noyau d’experts » français, financés en partie par... les opérateurs !

 

L’avocat de SFR a bien tenté une contre-attaque : « Est-ce qu’on peut donner raison à un lanceur d’alerte face à différentes institutions telles que l’OMS ? », a-t-il demandé à André Cicolella, un autre chercheur cité comme témoin par la défense.

 

« Je vous renvoie à l’exemple de l’amiante », lui fut-il rétorqué.

 

Pour mémoire, les dangers de cette fibre

hautement cancérigène

étaient connus dès 1906,

et elle ne fut pourtant interdite en France

qu’en 1997.

 

Sur le fond de l’affaire, les opérateurs dissimulent-ils les vraies expositions, comme le prétendait Etienne Cendrier ?

 

René Dutrey, président du groupe Verts au Conseil de Paris, avouait avoir de sérieux doutes :

 

 

« Au vu du relevé de mesures que je reçois dans le cadre de la campagne lancée par la ville, et où l’on trouve des résultats à zéro volt/mètre

( impossible , d’après les scientifiques  ! ), j’ai de fortes suspicions…

 

Les opérateurs ont la capacité de baisser le seuil d’émission des antennes et ce sont eux qui financent toutes les mesures officielles.

 

Ils se retrouvent ainsi juge et partie. »

 

 

Au vu de tous ces éléments,

le Parquet a requis la relaxe,

estimant que l’on pouvait légitimement

douter de l’indépendance

des bureaux de contrôle

chargés des mesures de puissance des antennes.

 

Il nous semblerait intéressant d’obtenir l’intégralité de ce jugement qui fait jurisprudence et donc pourrait s’avérer bien utile à toutes les personnes, collectifs et associations à qui on ferait sous-entendre des risques financiers en cas de refus d’obtempérer…

 

(*) http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/danger-des-antennes-relais-et-si-l-8109

 

Nous vous mettons ici un petit encart pour vous aider à comprendre car même les petites lignes sont instructives…

Souvenez-vous de vos contrats d’achat, d’assurance !

 

Relaxe        nom féminin

                  sens                 décision de justice abandonnant les poursuites contre un prévenu

                  synonyme         acquittement

 

La relaxe est la décision prise par:

               -  un Tribunal de Police:             on ne peut en interjeter Appel

               -  un Tribunal Correctionnel:        une délai de 10 jours s'ouvrent pour interjeter Appel de cette décision.

               -  une Cour d'Appel:                  un délai de 5 jours s'ouvrent à partir de la signification de l'arrêt, pour se pourvoir en Cassation.

 

Pour juger une personne prévenue d'avoir commis un délit: La relaxe est prononcé lorsqu'à l'issue du procès, la culpabilité du prévenu n'est pas prouvée.

 

Il existe deux types de relaxe:

               -  celle où la preuve de l'innocence présumée est avérée, en dehors de tout doute raisonnable des juges.

               -  celle où les charges réunies contre le prévenu sont insuffisantes pour déclarer sa culpabilité: Au nom du principe de présomption d'innocence, si des doutes subsistent, ils bénéficient au prévenu. on parle de relaxe "au bénéfice du doute".

 

La différence entre ces deux relaxe va jouer en cas d'action récursoire du relaxé: si il est relaxé "au bénéfice du doute", il ne pourra se prévaloir de la décision de justice comme fondant sa non culpabilité hors de tout doute raisonnable.

 

Le prévenu est la personne physique ou morale faisant l'objet de poursuites judiciaires devant:

               -  un Tribunal Correctionnel         lorsqu'il s'agit d'infractions délictuelles (vol, coups et blessures, escroquerie, abus de confiance..)

               -  un Tribunal de Police              pour des infractions contraventionnelles (les moins graves du panel).

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans La loi et nous
commenter cet article

commentaires

Régis 09/10/2010 18:16



Des fois, on se sent seul.


Beuvry dort !


La fédé 59/62 du P.S. a en grande partie soutenu Ségo. Mais on trouve des surprises sur internet...


 


Je vous indique à mon tour cette information :



http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://sos-reporters-fr.goopress.com/censure,liberte,expression.JPG&imgrefurl=http://www.sosreporters.fr/recherche,google,liberte,expression.htm&usg=__aKwQiACbdLzFqcVgZTq6P4XiV5k=&h=451&w=602&sz=58&hl=fr&start=360&zoom=1&itbs=1&tbnid=jkgI29hU1SGK5M:&tbnh=101&tbnw=135&prev=/images%3Fq%3Dlogo%2Bmalvoyant%26start%3D340%26hl%3Dfr%26sa%3DN%26gbv%3D2%26ndsp%3D20%26tbs%3Disch:1,isz:m



Régis 06/10/2010 20:40



Mais à la fin qui est le maillon faible ?


 


Pas Robin des toits alors..



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément