Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 10:48

Rappel en introduction pour les pseudo-sportifs

que vous pouvez zapper si vous n’en êtes pas !

 

Le chlore est un élément chimique de la famille des halogènes et pas hallucinogènes comme entendu hier dans une rue de Beuvry.

 

Pour les personnes férues de chimie, je rappelle que son symbole est Cl, et son numéro atomique 17. Ce qui n’a ici aucun intérêt mais me permet vis-à-vis de certaines personnes plutôt mal que bien intentionnées de leur faire un rappel quant à l’usage du parachute précédemment évoqué. Et paf !

 

Le chlore, à l'état de corps simple se présente sous la forme de la molécule de dichlore Cl2, qui est un gaz jaune-vert 2,5 fois plus dense que l'air, ce gaz a une odeur suffocante très désagréable et est extrêmement toxique.

Le chlore irrite le système respiratoire, spécialement chez les enfants et les personnes âgées. Une forte exposition au chlore peut entraîner un asthme induit ou syndrome de Brooks.

Le fameux gaz moutarde, ça vous rappelle quelque chose ? C’est vrai que ceux qui l’ont approché se font plutôt rares aujourd’hui et que ça se montre utile pour ceux qui n’aiment pas remuer le passé…


Dans son état gazeux, il irrite les membranes des muqueuses et dans son état liquide, il brûle la peau. Il suffit de 3,5 
ppm pour distinguer son odeur, mais ce gaz est
mortel à partir de 1 000 ppm pour une bouffée d'environ une minute.


Une partie par million (le ppm) c’est, par exemple, un milligramme par kilogramme.


L'exposition à ce gaz ne devrait donc pas excéder 0,5 ppm

(valeur d'exposition moyenne pondérée sur 8 heures, 40 heures par semaine).


Sur les sites industriels la détection du chlore est primordiale pour la sécurité des personnes, ainsi des détecteurs sont mis en place.


Le gaz de chlore pur est (comme l'oxygène) un comburant et peut soutenir la combustion des composés organiques tels que les hydrocarbures. Vroum, Boum !

Pour tout le monde, un site bien utile

à la compréhension du schmilblick


http://www.cchst.ca/oshanswers/chemicals/chem_profiles/chlorine/


Ho, hé ! Je sais, encore un site canadien, mais relisez un de mes précédents articles et vous saurez pourquoi.


Mais allons droit au but comme disent les sportifs et ceux qui peuvent encore mettre de l’eau dans leur pastis.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


DESINFECTION ET NETTOYAGE DES OUVRAGES

D’ALIMENTATION EN EAU POTABLE

 

PREFECTURE DE L’ARDECHE

Direction départementale des affaires sanitaires et sociales

Service santé – environnement

dd07-sante-environnement@sante.gouv.fr

 

La désinfection est un moyen simple de protéger les usagers et le réseau des contaminations bactériologiques.

Le nettoyage permet le retour à une situation normale.

 

Pour la mesure des volumes de chlore utilisés dans le cadre de ces opérations, il est

nécessaire de posséder une éprouvette graduée.

 

Désinfection manuelle d’un réservoir en 5 points :

 

1.   Se procurer des berlingots d’eau de Javel à 36 degrés chlorométriques dans le commerce (autre désignation sur le conditionnement : 9,6%) :

1 berlingot = 250 millilitres = 25 centilitres

2.   Juger du volume disponible dans le réservoir au moment de la désinfection.

3.   Préparer la solution désinfectante (voir tableau de préparation) en prenant soin de diluer le volume d’eau de Javel nécessaire dans un seau d’eau juste avant de le verser, cela favorise la dispersion.

4.   Un temps de contact est nécessaire à la bonne action du chlore Laisser agir au moins 2 h dans le réservoir : procéder à la désinfection de préférence la nuit ou tôt le matin.

5.   Dans le cas d’une chloration manuelle prolongée sur plusieurs jours, afin d’éviter une surchloration, les dosages seront adaptés au tirage.

 

Campagne de nettoyage en 6 points :

 

Les conditions préalables à respecter :

 

-     ON NE DESINFECTE QUE CE QUI EST PROPRE : curer et nettoyer très soigneusement les surfaces avant de désinfecter les réservoirs, purger les canalisations,

-     procéder d’amont en aval (captages puis réservoirs et principales canalisations),

-     utiliser une concentration suffisante en produit de désinfection.

 

1.   Vérifier l’état de l’ouvrage de captage. Réparer si nécessaire l’étanchéité périphérique et la protection immédiate du captage, éliminer tous les éléments grossiers qui auraient pu pénétrer dans des ouvrages tels que les puits.

2.   Pomper, si nécessaire, l’eau de l’ouvrage de captage jusqu’à l’obtention d’une eau claire.

      Les eaux sont :

· soit rejetées au milieu naturel,

· soit introduites dans le réseau de distribution. Dans ce cas, l’information aux utilisateurs sur la non potabilité de l’eau et sur les restrictions d’usage qui en découlent doit avoir été faite.

 

3. Purger les canalisations :

      Au niveau des équipements à gros débits, type bouches incendie, les purges sont réalisées progressivement et avec le maximum de précautions pour éviter toute casse sur le réseau (canalisations, vannes…).

4. Nettoyer et désinfecter :

      a. Nettoyer et désinfecter le captage et sa canalisation de refoulement :

Puits : traitement du volume d’eau avec une solution désinfectante de 2 milligrammes par litre (voir tableau de préparation).

Forage : ajuster la pompe doseuse, si elle existe, à 2 milligrammes par litre.

Source : après vidange de la chambre de départ, brosser les parois, rincer, laver à l’aide d’une solution désinfectante instantanée à 10 grammes par litre (voir tableau de préparation), rincer à nouveau et ajuster la pompe doseuse, si elle existe, à 2 milligrammes par litre.

b.   Désinfecter et purger la canalisation de refoulement d’eau au réservoir : par introduction de 2 berlingots d’eau de javel à 36 ° chlorométrique dans le captage.

c.   Nettoyer le réservoir :

-     débarrasser les parois de leurs corps étrangers par brossage, jet haute pression…,

-     rincer et nettoyer à l’aide d’une solution désinfectante instantanée à 10 grammes par litre (voir tableau de préparation),

-     rincer à nouveau.

d.   Désinfecter le réservoir pendant le nouveau remplissage avec une solution désinfectante de 2 mg/l, soit par désinfection manuelle, soit en ajustant la pompe doseuse au niveau du captage.

e.   Purger TOUTES les canalisations jusqu’à l’obtention d’une eau contenant du résiduel de chlore libre en extrémité de réseau, cette teneur en chlore (au moins 1,5 milligrammes par litre, si l’on dispose d’appareil de mesure) doit être maintenue pendant au moins 48 heures, en renouvelant régulièrement et en fonction du tirage la désinfection manuelle au niveau du point du réservoir.

5.  Rincer :

      Un rinçage abondant avec une eau claire doit suivre la désinfection. La solution désinfectante doit impérativement être neutralisée avant rejet par dilution (ou avec une solution de thiosulfate ou d’hyposulfite de sodium).

6. Contrôler :

Après cette opération, faire vérifier, dans les 24 heures, la qualité de l’eau par le laboratoire agréé : prendre contact avec la DDASS qui programmera les prélèvements.

 

Rappels des consignes d’entretien et de sécurité :

 

Purges :                              En période normale, hors sécheresse et situation de crises, le réseau doit être purgé régulièrement.

Entretien des réservoirs : Conformément au Règlement Sanitaire Départemental, le nettoyage de chaque réservoir doit être effectué au moins une fois par an.

Sécurité :                            La sécurité du personnel effectuant le nettoyage du réservoir est à prendre en considération : en matière de protection individuelle notamment, port de casque, gants, combinaison anti-acide, lunettes, masque à cartouche. L’enceinte doit être ventilée correctement dans la mesure du possible.

 

Tableau de préparation des solutions désinfectantes :

 

Utiliser des berlingots d’eau de Javel à 36° chlorométriques ou à 9,6%

 

Concentrations en

chlore à respecter

Type d’utilisation

Exemple d’une chloration manuelle dans 10 m³

Exemple d’une

chloration manuelle

dans 200 m³

 

0,3 mg/l

 

(voir note)

- ressource non surveillée mais protégeable

- eau transportée en citerne alimentaire

- réservoir rééquilibré par citerne alimentaire

 

1/10e de berlingot

soit 25 millilitres

ou 2,5 centilitres

 

2 berlingots

 

0,6 mg/l

- coupures involontaires

 

2/10e de berlingot

soit 50 millilitres

ou 5 centilitres

 

 

4 berlingots

 

2 mg/l

- campagne de nettoyage

 

2/3 berlingot

soit 170 millilitres

ou 17 centilitres

 

 

14 berlingots

 

 

Note : Cette teneur doit être maintenue en continu en sortie de réservoir selon les consignes Vigipirate du 3 octobre 2003.

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans Sécurité
commenter cet article

commentaires

Roland M-G 24/10/2009 17:46


Plus rien ne m'étonne. J'avais essayé de contacter notre députée pour qu'elle nous renseigne mais sans réponse ni signe de vie.

Là on sait pourquoi!

http://www.argus-parlementaire.net/fiche/odette-duriez/


Zoubida 21/10/2009 00:29


http://www.conso.org/pdf/LettreDesinfectionAlim2007.pdf

ma petite contribution à ce blog
je travaille en collectivité

bonne nuit


curieux 14/10/2009 17:46


Et alors,dans les piscines c'est dangereux aussi?Merci de votre réponse.


Mary Poppins 14/10/2009 12:34


Je profite de ma pause déjeuner pour envoyer ce mot.
Une adresse utile pour des infos sur le chlore.

http://www.belgochlor.be/fr/PDF_FR/WITBOEKF.PDF

Bon courage et bonne continuation


Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément