Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 20:14

 

A Beuvry, on fore, on capte, on pompe, on détourne (de l’eau, me faites pas dire ce que je n’ai pas dit !), on partage, on investit, etc… pour un meilleur confort.

 

Une personne m’a dit un truc génial cet après-midi quand je traversais la place pour aller au bureau de poste. Au début j’étais sceptique mais j’ai vérifié.

 

Alors j’ai décidé de participer à ce grand élan en donnant cette information.

 

Le vent produit de l’électricité et de l’eau potable…

 

Et oui, tout en produisant de l’électricité, une éolienne crée de l’eau potable…

 

Je vous explique en gros, mais je vous donne les coordonnées du gars qui est à l’origine de tout ça.

 

L’hélice aspire l’air de l’atmosphère et l’envoie dans un petit climatiseur interne. Le refroidissement condense l’humidité de l’air, tout comme la rosée du matin. Un système de filtration rend l’eau potable qui est stockée dans le mât.

 

Une petite éolienne produit de 70 à 200 litres d’eau par jour.

 

L’inventeur de ce bidule auquel personne n’avait pensé s’appelle Marc Parent, il a fondé sa société Eole Water située à Ste Tulle (Alpes de Haute Provence). Si quelqu’un veut le contacter, qui sait.

 

 

Il projette de développer une éolienne de 50 mètres de haut capable de produire 25000 litres d’eau par jour dans les pays chauds.

 

Alors ça, vous avez bien lu ?

 

 

Et entre nous, si vous croyez que j’ai fait une faute d’orthographe au mot « sceptique », allez voir là :

 

http://www.retourneaucm1.com/index.php?2005/11/16/43-vous-etes-sceptiques-sur-l-orthographe-de-septique

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans Une recette ?
commenter cet article

commentaires

Beuvrytude 07/11/2009 22:32


Les périmètres de protection de captages
d’eau sur le territoire du SAGE de la Lys

http://www.oieau.fr/conferences/protection_captage_2006/Andre_flajolet.pdf

Lisez ou relisez la conclusion, bande de fous.

Et peut être que vous y regarderez à 2 fois avant de remettre ces gens la à la commune.


Titi 07/11/2009 10:37


Je dirai même plus : c'est parce qu'on veut obliger Beuvry à mettre des bottes sans lui demander de quoi il en retourne que ça ne peut pas coller.

Maintenant, reste à savoir si Beuvry aura encore besoin de bottes.

En mairie, c'est sur, sinon comment ils pourront faire avancer les choses ?


Sur un air vert de genre :
Moi les bottes, j'trouve pas ça beau...
Y'a qu'les sabots qui me bottent !


Crochet 06/11/2009 23:05


ALLEZ, UN PETIT PEU D'HUMOUR : ON MET BEUVRY A LA PLACE DU GAMIN ET ON COMPREND POURQUOI ON NE POURRA JAMAIS SE COMPRENDRE.

C'est l'histoire d'une institutrice de maternelle.

Au milieu de janvier, le mois le plus dur pour tout le monde...

Un des gamins lui demande de l'aide pour mettre ses bottes pour aller en récréation et, en effet, elles sont vraiment difficiles à enfiler.

Après avoir poussé, tiré, re-poussé et tiré dans tous les sens, les bottes sont enfin chaussées et le gamin dit : « Elles sont à l'envers, maîtresse ! »

La maîtresse attrape un coup de chaud quand elle s'aperçoit qu'en effet il y a eu inversion des pieds...

Bref, nouvelle galère pour les enlever et rebelote pour les remettre
mais elle réussit à garder son calme jusqu'à ce que les bottes soient rechaussées, aux bons pieds.

Et là le gamin lui dit avec toute la candeur qui caractérise les enfants : « C'est pas mes bottes ! »

A ce moment, elle fait un gros effort pour ne pas lui mettre une
baffe, fait un tour sur elle-même en se mordant les lèvres, se calme
et lui demande pourquoi il ne l'a pas dit avant...

Comme le gamin voit bien qu'il a contrarié sa maîtresse, il ne répond
pas.

Elle dit alors : « Bon, allez, on les enlève. » Et elle se met à nouveau au boulot.

Le deuxième pied est presque sorti quand le gamin poursuit : « C'est pas mes bottes, c'est celles de mon frère, mais maman a dit que je dois les mettre ! »


Là, elle a envie de pleurer mais, une nouvelle fois, elle se calme et
entreprend de lui re- re- mettre ses bottes.

L'opération est enfin réussie et la maîtresse se sent fière d'avoir réussi.

Pour aller jusqu'au bout, elle le met debout, lui fait enfiler son
manteau, lui met son cache-nez et lui demande : « Où sont tes gants ? »

Et le gamin de répondre le plus simplement du monde : « Je les ai mis dans mes bottes ! »


Papy 06/11/2009 22:25


Septique ça serait plus juste. On va nous laisser un autre trou à rembourser, une vraie fosse à merde.

ça ne fera que la 2e fois !


Deregnaucourt Denis ( ronin ) 06/11/2009 05:57


Pour le propriétaire et les lecteurs de ce blog .

Excusez moi des fautes de frappes .
Je fais plusieurs choses en même temps devant le PC


Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément