Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 11:57

 

01.jpg

 

36 15 code kinadi

 

"Si on n’a que des gens qui se contentent

de 5000€ par mois,

on n’aura que des minables !"

 

c'est : François Rebsamen

 

sénateur-maire de Dijon, chef du groupe socialiste au Sénat

et ami de…

 

Vous pourriez vous demander, comme d’aucun(e)s(*) pourquoi aborder ce sujet qui n’a pas grand’chose à voir avec Beuvry (code 62660) . Mais…

 

(*)   « Aucun » a signifié jusque dans le XVIIe siècle : quelque, quelqu'un(e).

     

      Cette valeur positive apparaît dans les expressions « aucun(e)s » et «d'aucun(e)s" qui signifient « quelques-un(e)s » ou « certain(e)s ». 

 

      Exemple:

 

Si parmi vous, pourtant,  d'aucuns  le comprenaient différemment, ma foi tant pis....

A. Daudet.


Attention : quand "aucun" est utilisé en union avec la négation "ne", par contagion, il prend normalement la valeur de 'nul'.

 

                                       Mais, car à Beuvry, il y a toujours un « mais »

                                       Qu’on n'omet ni ne remet pas toujours qu'en mai.

 

Ça c’est juste pour essayer de mettre un peu de poésie en une paire de 12 godasses là où bientôt il n’y en aura plus.

Attention, « plus » ici est à prendre (ou à laisser) dans son sens beuvrygeois, c'est-à-dire « moins ». Ce qui est normal puisqu’il y a une négation.

 

Et à Beuvry, les négations, ça se pratique, mais alors ça se pratique…

 

 

gation       nom féminin            du Latin : negatio, -onis, de negare, nier

 

                        Sens               1-   Action de rejeter, de ne faire aucun cas de quelque chose.

                                                La négation d’une promesse, d’un engagement…

                                               

                                                2-   Statut de la phrase de base (déclarative, interrogative ou impérative) consistant à nier le prédicat (par opposition à l'affirmation) ; mot ou groupe de mots qui sert à nier.

                                                L’opposition beuvrygeoise n’émit aucune objection.

                                                Elle ne voyait pas l’intérêt de marquer son opposition plutôt que de se mettre à table à l’ouverture…

 

 

Donc, dans les parutions beuvrygeoises, les déclinaisons de titres sous photos commencent à maigrir d’une manière soudaine et surprenante.

Mais est-ce temporaire ?

Ou est-ce l’annonce d’un régime qu’on imposera à tou(te)s à partir de maintenant ?

Et cette annonce en fera-t-il (re)bondir ?

Lors d’un dernier des espoirs avec ou sans micro ?

 

Pourtant la saison estivale touche à sa fin et les personnes se déshabillent, se découvrent de moins en moins. Bien au contraire maintenant avec le changement de temps.

 

Donc, bientôt, avec les augmentations et les restrictions imposées, il sera même pour la majorité judicieux de se chercher une autre couverture supplémentaire…

 

Alors ?

 

Le non-cumul des mandats suscite de fortes réticences chez certains socialistes, au point que François Rebsamen a clairement dit son souhait que les sénateurs puissent y échapper.

« Je plaide pour qu’il y ait une situation particulière faite pour le Sénat », avait affirmé sur RMC le sénateur-maire de Dijon, interrogé sur le 48e des 60 engagements du candidat François Hollande, voulant interdire à un parlementaire d’avoir en même temps un mandat exécutif local (président ou vice-président de conseil général, de région, maire, maire-adjoint…).

Arguant que les sénateurs ne sont « pas élus par l’ensemble des Français comme les députés », il a réclamé que ces derniers, « qui représentent les collectivités locales, puissent garder leur mandat local ».

 

Et pour son cas personnel, il a assuré :

le non-cumul, ce n’est « pas pour moi ».

« J’ai été élu pour six ans, jusqu’en 2014 je serai sénateur et maire ».

 

beuvry

 

On se demande d’ailleurs quand le gouvernement agira normalement contre le cumul des mandats.

D’aucuns, dans la majorité des sympathisants beuvrygeois entre autres, espèrent encore que ce sera dès que la très chère commission Jospin aura rendu son rapport.

 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000026195469&dateTexte=20120725

Espérons, à Beuvry comme ailleurs, que son coût global en vaille la chandelle. Et aux deux bouts…

 

Notre démocratie a besoin de parlementaires qui s’impliquent pleinement dans leurs missions, et qui n’ont donc pas d’autres dossiers lourds à gérer en tant que membres d’exécutifs locaux.

À aucun moment dans le programme présidentiel de François Hollande et dans le programme législatif de la majorité de gauche, il n’a été question d’intégrer des exceptions à ce principe de non-cumul. Ce qui a semble-t-il été ignoré à Beuvry et aux alentours.

 

Il serait donc cohérent que le gouvernement applique cette nouvelle règle de la même façon pour les députés et pour les sénateurs, mais aussi sans dérogation pour les maires de communes situées sous un quelconque seuil de population ou pour les suppléant (es) de membres du gouvernement.

 

Il ne s’agit pas ici de juger de la capacité des élu(e)s à remplir les différentes missions qui leur ont été confiées, et donc de leurs compétences (voir articles précédents) mais tout simplement d’agir pour la répartition des pouvoirs entre les individus.

 

Ceci serait enfin la démonstration du refus de l’acceptation tacite d’un phénomène typiquement "franchouillard" qui fait que l’intégralité des mandats électifs d’un territoire soit accaparée par une unique personne.

 

Ce changement serait un normal respect de la parole donnée.

 

 

 

 

L’exemplarité aurait exigé l’application de cet engagement, pris devant les militants qui les ont fait élire…

 

Regardons donc quelle est le respect de la mise en conformité avec cette règle, ainsi que l’a demandé le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à La Rochelle le 28 août dernier à l’ensemble des députés et sénateurs socialistes.

 

Elles et ils ont eu l’agréable surprise de recevoir une lettre signée par la patronne du parti. Martine Aubry qui leur donnait jusqu’à la fin du mois de septembre pour abandonner leurs mandats exécutifs locaux, si ce n’est pas déjà fait. 

 

Si François Hollande avait annoncé la fin du cumul des mandats durant sa campagne, certain(e)s camarades "cumulard(e)s" traînent toujours des deux pieds depuis leur(s) élection(s). 

 

Pour la première secrétaire du parti, pas question d’attendre l’adoption d’une loi pour pouvoir l’appliquer, par devoir d’exemplarité.

 

Mais voilà, à l’issue du congrès de Toulouse qui se déroulera les 26 et 28 octobre prochain, Martine Aubry cédera sa place à Harlem Désir à la tête du PS.

Changement normalement convenu.

 

De quoi détendre les "cumulard(e)s" qui se voyaient pousser vers la sortie par la maire de Lille.

 

Et dans une tribune au Monde du 8 septembre, le futur premier secrétaire a semble-t-il d’un revers de main passé outre l’exemplarité voulue par Martine Aubry en déclarant que d’abord « la limitation du cumul des mandats passera par la loi ». Et que donc en quelque sorte, il fallait laisser du temps au temps.

 

Donc, les "cumulard(e)s" ont encore de beaux jours devant eux.

 

Partout ?

 

Partout !

 

Donc…

 

PLOUF !!!!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans L'info du jour
commenter cet article

commentaires

Pugwash 23/09/2012 16:41


AVERTISSEMENT


 


Nous confirmons ici ce que nous avons dit rapidement à des lecteurs de ce blog rencontrés sous une bonne brise beuvrygeoise cet après-midi :


 



 


Contrairement à ce qui leur a été affirmé cette semaine par des personnes bien introduites dans les milieux autorisés, il n’y a pas de limitation des
mandats dans les organismes de coopération entre collectivités territoriales (communautés urbaines, de communes, d’agglomération, syndicats mixtes ou intercommunaux).


 



 


Ce qui peut être vérifié à cette adresse :


 


http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/parlement/depute-senateur/parlementaire-peut-il-avoir-plusieurs-mandats.html


 


Donc, le texte de loi dont nul public n’a pu lire la moindre bribe, fusse une, infirmant la chose, pourrait donc conserver
ces « exclusions » et permettre de ne pas devenir « minable » avec moins de 5000 € cumulés par mois.

Sisyphe 16/09/2012 14:01


Les chefs socialistes changent d'avis sur la cumulitude des mandats !
Il faut dire que le chang'ment c'est tout l'temps....


Mais avec tout cela on est en droit de demander à son chef de section locale, quand on est élu à multiple casquettes  :


 


Tu avances ou tu recules,.... comment veux-tu, comment veux-tu que je cumule ?

Panglos 17/09/2012 00:00



Faudrait demander à Darwin pour ce changement permanent.


 


Lakan aurait bien une ch'tite idée sur ces phénomènes.


 


Le rasoir d'Ockham serait au poil.


 


Paf !


 



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément