Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 13:38

01.jpg

 

 

 

Fable beuvrygeoise n°62660



C'est une histoire drôle (trouvée un soir sur internet par un caïnophobe converti) qui circule dans Beuvry entre la place, les parkings, la piscine l’ancienne piscine, la nouvelle base, l’antenne qui sait faire, les points de pompage, les chlorés, les plus ou moins callés, les décalés, les recollés, les dé-refusionnés, les imprégnés, les tramways,etc. 

 

Nous allons vous la conter du bord jusqu’au milieu.

 

Une élue a envie de s’offrir un nouvel âne (vraisemblablement pour en voir un de plus dans son entourage) pour brouter les herbes folles qui resteraient entre les quatre arbres d’un pré réservé et éviter que de nouvelles pousses ne puissent verdir et un jour faire de l’ombre à quelque nouveau plan d’eau.

Elle va voir un brave paysan qui a un âne à vendre (vraisemblablement pour en voir un de moins dans son entourage) au prix de 100 euros.

L’élue paie, le paysan lui livrera la bête la semaine suivante.

Manque de chance, c’est le moment de la mi-mandat que choisit l'âne pour mourir (oui, ça leur arrive !). Le paysan, plutôt embêté, part avec à l'arrière de sa camionnette le cadavre de la bestiole. Il travers la commune (ville moyenne de moins de 10 000 habitants située dans le Pas de Calais). Il se présente à la mairie et se fait annoncer par une des multiples secrétaires après avoir été vérifié par les services de communication et de sécurité.

Notre élue arrive, la mine réjouie.

-    Alors, vous m'apportez mon âne ?

-    Oui, madame la première dame de not’ commune mais il y a eu un problème.

-    Quel problème ?

-    Il est mort.

-    Ce n'est pas très grave, rendez-moi mes 100 euros.

-    Mais, madame la première dame de not’ commune, c'est que je les ai déjà dépensés, et que, vous imaginez la trésorerie d'un pov’ paysan, ...

-    Déchargez-moi le cadavre, j'en fais mon affaire. Entre deux dossiers de subventions je m’en occuperai.

A peine soulagé et très intrigué, le paysan se déleste de son colis et rentre chez lui.

Quelques semaines plus tard, l’élue part faire une visite dans un quartier éloigné de tous les conforts du centre ville, justement celui où réside notre paysan. Qui ne manque pas l'occasion de venir la saluer et de lui demander si ellel a vraiment réussi à faire affaire avec la dépouille de l'âne.

Et l’élue de lui répondre :

-    Tu vois camarade, avec ton âne défunt, j'ai gagné près de 1000 euros.

-    1000 euros ? Mais comment avez-vous fait ?

-    J'ai organisé une tombola, avec l'âne comme lot. J'ai vendu 200 billets de 5 euros, cela m'a fait 1000 euros de recettes.

-    Et le gagnant, qu'est-ce qu'il a dit quand vous lui avez annoncé qu'il avait gagné un âne mort ?

-    Il a compris que ce sont des choses qui arrivent, je lui ai remboursé ses 5 euros, et on est allé boire un coup ensemble après une réunion du conseil.

 

 

 

 

 

Si un individu lambda lit ces lignes au sortir d’une sixième sieste (d'accord, la probabilité est faible !), il sera jaloux de constater que cette histoire fasse la part belle à une élue, en cette circonstance.

Mais quand même !

Bon, d'accord, au lieu de l'âne, nous aurions pu prendre n’importe quel individu d’une opposition élue, déclarée voire même unie et citoyenne mais sans consistance ni résistance celle-là. Nous arrêtons ici la liste car contrairement à d’autres, nous n’avons pas tant de pages disponibles avec presque la majorité remplie de publicités comme dans les bulletins.

Être capable, au lendemain de l’élection qui lui a offert un autre fauteuil bien rembourré, de déclarer à qui veut l'entendre que l’argument choc qu’elle a utilisé dans sa campagne locale et bien elle a décidé de faire une croix et de s’asseoir dessus, il faut le faire !

 

Beuvry doit avoir une piscine digne de ce nom… Juré, craché, promis…

Les Beuvrygeois ne valent-ils donc pas mieux que des ânes ?

Ce qui en soi, n'est pas forcément honteux. Sauf si la chose se répète…

La vague citoyenne en fera-t-elle vaciller ?

Il nous arrive, certains soirs, d'en rêver pour le lendemain ...

Même si nous sommes encore peu nombreux à faire ce rêve…

Même si certains psychanalystes de comptoir veulent y voir des sous-entendus…

Même si pour le moment ça n’est qu’un rêve…


  
Citoyennement vôtre,

 

 

 

THE  END

(pour aujourd’hui !)

 

 

P.S. Le mot de la fin ? … Plouf !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sisyphe 17/05/2011 17:33



La qualité , la quantité , et la diversité des textes de ce blog sont époustoufflantes !



DENIS DEREGNAUCOURT 17/05/2011 11:13



Je suis presque ému de voir que j'ai vu juste en prônant une ligue citoyenne et non pas une secte avec les mots citoyen république et démocratie sans consistance dans les
comportements et actions de certains.


 


Mon blog créé depuis 2007 se nomme RESISTANCE CITOYENNE .


Car la France a toujours eu besoin de vrais résistants et non des résistants en carton pour lutter contre ses ennemis divers interne et externe avec sourires et bisous
médiatisés et photographiés mettant à mal l'avenir de notre société.


Tout ce que je dis sur mon blog sont basés sur des livres et rapports concrets.


Je ne crains donc pas les tribunaux au contraire ça me fera de la publicité qui démontrera les procès inique si l'on ne figure pas de la
bien pensance par les médias.


Mais comme toujours les Français croient aux charmes de lucifer, garnies de rêves et illusions qui finissent toujours en cauchemar et désillusions.


Le premier a être offensif fut de ma part avec un tract un an après la prise de la mairie par la majorité actuelle intitulé : "
RIEN NE BOUGE RIEN NE CHANGE ".


( certains archivistes doient encore l'avoir )


Certains n'aiment pas mes méthodes qui sont plus honnêtes que d'autres mais je leur dis qu'une résistance ne se fait pas avec des fleurs
et politesses contre son adversaires mais par un combat méthodique digne de l'enfer.


Philosophie du Général Patton : on avance on ne recule pas devant l'ennemi en étant plus cruel que son adversaire !


Churchill:  " Vous avez voulu évite la guerre au prix du déshonneur , Vous aurez le déshonneur et la guerre "


C'est pour vous dire que Beuvry comme dans tous le pays est en situation fragile camouflée par les médias .


il faut des hommes et femmes qui en veulent REELLEMENT pas des charmeurs électoraux.: une résistance citoyenne


 


Je sais qu'un bon nombre de personnes pensent, que je suis l'idiot de service méfiez vous de mon apparence 


 


DENIS DEREGNAUCOURT



Albert 16/05/2011 18:01



Très beau texte !


Je me demande ce que vont en penser les con-citoyens...


et je me demande si ce texte là va aussi être plagié...


 



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément