Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 14:02

01.jpg

 

 

10 (bonnes) raisons

pour se voir refuser

une subvention

(pour les nuls)

 

Voilà, après avoir passé des heures à monter votre dossier de demande de subvention, vous venez de recevoir la réponse d’un(e) élue de votre municipalité favorite : négatif !

 

Une fois passée la déception, vous cherchez à comprendre les raisons de votre échec.

 

Au-delà des motifs habituels (budgets saturés, nécessaires arbitrages, etc), de nombreuses raisons peuvent expliquer le refus ; malheureusement les représentant(e)s d’une municipalité communiquent en général assez peu sur les motivations de sa décision en se référant aux textes de lois qui le leur permettent encore.

 


 

Voici une liste, qui n’a rien d’exhaustif, des motifs pour lesquels des élu(e)s en réunion peuvent décider de ne pas faire confiance à votre association.

 

1-      Le projet présenté n’entre pas clairement dans l’objet de votre association

        

         a-   Le projet proposé doit entrer clairement dans l’objet associatif, tel qu’il est décrit par les statuts. L’action envisagée ne doit rien avoir d’exotique… Si vous voulez voyager sans que ça ne vous coûte, il vous faudra chercher ailleurs dans la région…

         b-   C’est pour la commune une condition indispensable, car il en va de la sécurité juridique du partenariat mis en place. Et le respect des lois est un domaine qu’appliquent les élu(e)s avec le plus grand sérieux, ça c’st bien vrai ça !

 

2-      Le projet présenté est démesuré par rapport aux capacités de votre structure

 

         En examinant votre dossier, les élu(e)s se demanderont si votre structure a les capacités à conduire le projet envisagé. Soyez réaliste, à leurs yeux du moins !

         Attention, les élu(e)s se livreront à un inventaire des ressources humaines, techniques et financières dont vous allez disposer.

         Un projet disproportionné est souvent voué à l’échec et il risque de mettre en danger l’association elle-même. Là les motifs sont variables…

 

3-      Votre association ne présente pas suffisamment de garanties de pérennité financière

 

         En lisant les comptes de votre association, les élu(e)s assis en face de vous ne doivent pas avoir le sentiment que la subvention demandée est le ballon d’oxygène de la dernière chance. Ne confondez pas les fauteuils ! D’ailleurs, vous n’êtes que sur des tabourets !

         Votre structure financière doit présenter un minimum de garantie de pérennité, sinon la municipalité aurait l’impression désagréable de soutenir à bout de bras une structure moribonde. Restons sérieux, mettez-vous un peu à leur(s) place(s). Mais pas trop si vous ne voulez pas avoir une sensation bizarre !

 

4-      Le projet présenté ne cadre pas avec les objectifs de la politique conduite par la municipalité.

 

         C’est le défaut du « hors sujet »que les élu(e)s connaissent et pratiquent bien. N’oubliez pas que les élu(e)s à qui vous soumettez votre projet ont normalement des objectifs au minimum déclarés et bien précis dans le domaine dont ces élu(e)s ont la charge. Alllons !

 

5-      Le projet présenté ne repose pas sur un diagnostic sérieux de la situation que vous prétendez traiter

 

         Plus que l’intérêt intrinsèque du projet, c’est d’abord la qualité du diagnostic que vous formulez qui sera prise en compte. Alors, ne diagnostiquez pas n’importe quoi qui pourrait fâcher les élu(e)s.

         Votre diagnostic doit montrer que vous connaissez les problèmes et le terrain sur lequel vous allez être actif. Encore une fois, attention aux problèmes que vous soulevez…

         Attention à ne pas motiver votre dossier avec des grandes considérations théoriques et générales ; c’est souvent l’échec assuré à moins qu’elles ne coïncident avec celles d’une campagne…

 

6-      Votre association ne démontre pas sa capacité à mobiliser toutes les ressources nécessaires au succès du projet

 

         Si le « pourquoi » est important, le « comment » l’est tout autant. Décrivez de manière précise ce que vous allez faire et comment vous allez le faire. Mais n’hésitez pas malgré tout à faire un ou deux compliments sur la politique suivie ou menée par les élu(e)s avec quelques périphrases.

         Vous devriez être également évalué sur votre capacité à mettre en oeuvre les moyens humains, techniques et financiers requis par votre projet. Ça permettra de prendre des idées pour une future campagne…

 

7-      La finalité du projet et ses objectifs opérationnels ne sont pas suffisamment précisés

 

         La gaffe qu’on risque de vous reprocher très vite.

         A l’image des promesses des campagnes électorales de trop nombreux projets restent dans le flou quand il s’agit d’aborder les résultats concrets de l’action envisagée.

         Vous n’êtes pas élu(e) et donc vous devez indiquer de quelle manière vous évaluerez le succès relatif de votre projet, quels seront les critères de pilotage de l’action (nombre de personnes prises en charge, quantité de prospectus distribué, couverture d’un territoire géographique, etc).

 

8-      Vous aviez l’intention de conduire le projet seul, sans partenaires

 

         Sauf si vous êtes une structure importante disposant de nombreuses ressources internes, le succès de votre projet dépendra certainement de la qualité et de l’implication des partenaires que vous aurez su mobiliser. Au fond, la participation ça sert, non ?

         La participation d’une collectivité locale à votre action, le soutien de tel ou tel organisme spécialisé sont normalement toujours des gages de réussite. Pour qui, là est bien souvent la question… et la récupération…

 

9-      Vous ne disposez pas en interne des compétences et de l’expérience nécessaires pour le type d’action proposé

 

         Ne vous lancez pas dans des chantiers « exotiques » ou « pharaoniques » pour lesquels votre association sera complètement tributaire de ressources extérieures. N’oubliez pas que vous ne contrôlez pas les cordons de la bourse contrairement aux élu(e)s qui se tiennent bien en face de vous sans sourire, la faute à l’absence de photographe de presse…

 

10-   L’évaluation financière du projet manque de crédibilité

 

         Votre « devis » est manifestement gonflé ou bien au contraire, outrageusement sous-évalué. Là, le fait de concurrencer un projet né dans l’inconscient d’un(e) élu(e), d’entrer dans le programme annoncé initialement par les élu(e)s, d’avoir des sympathies ou des relations,… ça peut aider, c’est sûr !

         Officiellement, c’est toute votre crédibilité qui est remise en cause. Que voulez vous, les élu(e)s ont parfois d’obscures contraintes à respecter ou des priorités à donner, à vouer ou non…

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans L'info du jour
commenter cet article

commentaires

Prout ma chère 31/08/2011 23:55



BRAVO POUR L’ARTICLE


 


Pour une subvention, faut bien passer par les fonds de participation ?


 


Mais quand on voit qui décide dans ces fonds, on peut espérer ?


 


Vos crises d’humeur sont elles seulement entendues ?


 


Si plus de monde passait par ici, ça redonnerait confiance non ?



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément