Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 10:47

 

01.jpg

 

 

Pour prouver qu’un article n’était pas si difficile à concevoir pour peu qu’à quelques un(e)s on se réunisse et qu’un peu de volonté et de vocabulaire soient malaxés…

 

Avec l’aide d’internet, de nombreuses excuses s’évanouissent.

 

Nous n’avons pas cherché à développer en 6 points. Trop dur !

 

Voici juste une observation.

 

Pourquoi

les « bidules » verts

qu’on trouve

à la surface des eaux…

ont envahi Beuvry

aussi !

 

Ou, comment ne pas confondre avec…

 

Nous avons cherché d’où venaient et par où passaient quelques maux qui nous ont semblé avoir droit à une certaine priorité dans notre attention.

Depuis quelques mois, au sujet de l’eau, mais pas seulement, l’ambiance générale s’est fixée au morose en raison de bien des maux.

 

Encore une fois, ça va être un peu technique. Mais nous ne faisons qu’essayer d’expliquer, vulgariser si vous préférez mais sans dénaturer le sujet. Un peu quand même objecterons certain(e)s, mais sur ce blog on doit s’attendre à bien des choses. Nous nous sommes basés sur un article trouvé sur internet. Merci les Bretons.

 

Donc, voilà…

 

Au cours de l’évolution, et vous pouvez nous croire : ça fait un sacrément long bail les espèces animales et végétales ont toujours colonisé de nouveaux milieux d’accueil accroissant ainsi leur aire de répartition.

Merci Charles pour les recherches et la documentation. Charles Darwin pour être précis. A chacun ses mérites et ses responsabilités, il y a des gens qui s’opposent à ses théories encore aujourd’hui.

 

Ces invasions biologiques représentent un phénomène naturel récemment (hélas ?) amplifié par les activités humaines.

 

Malgré le « blabla » politico-scientifico-médiatique agréé par des instances qui savent de quoi elles parlent, la région n’y échappe pas et subit actuellement les conséquences des invasions biologiques sans pour autant que des méthodes de gestion à grande échelle ne semblent être mises en place.

 

C’est déjà difficile de reconnaître sa responsabilité, alors une culpabilité et ce qu’elle entraînerait…

Sans aller jusque là, il faudra trouver des financements, et pas des petits, pour mettre en place un véritable plan de gestion !

Faudrait pas nous faire croire au père Noël, le financement sera le problème !

 

Et vous remarquerez que nous restons modestes en ne cherchant pas un retour à une situation d’avant l’apparition de ces espèces… Parce que là, l’ardoise…

 

Allez, un peu d’espoir que diable. Le poète a pourtant dit qu’en général, c’est notre avenir à nous pauvres Hommes, espèce bien étrange. Il y a cependant des cas particuliers, toute règle a ses exceptions !

 

La distribution actuelle de toutes les espèces animales et végétales résulte d’un équilibre entre leurs  capacités d’adaptation et les conditions du milieu. Regardez autour de vous, les exemples ne manquent pas.

 

A la faveur d’un changement de ces conditions, une espèce aura la possibilité de coloniser une zone géographique dans laquelle elle ne pouvait pas vivre auparavant. Elle pourra s'y développer et réaliser une invasion biologique.

Ce Charles-là et quelques autres, ils avaient fini par en savoir et en démontrer des choses, vous ne trouvez pas ? Dingue non ?


Les activités humaines, en croissance constante (nous ne disons pas régulière, soyons précis pour les personnes du dernier rang, là-bas tout au fond), ont largement contribué à amplifier ce phénomène. De tout temps, l’être humain n’a cessé de voyager à la découverte de nouveaux territoires en emportant avec lui, parfois involontairement et contre son gré, des semences, des animaux… et contribuant ainsi à propager les espèces sur des terres qu’elles n’auraient pas colonisées. L’avènement des grandes expéditions à partir du XVIIème siècle a permis la dispersion des espèces animales et végétales sur de grandes distances. Tout historien pourrait vous l’expliquer…

 

Plus récemment la « mondialisation » a provoqué une augmentation des volumes d’échange et par voie de conséquence du nombre d’espèces échangées. Les raisons à l’origine des introductions ont cependant évolué.

 

Aujourd’hui, des espèces allochtones, quand ce n’est pas accidentel, sont parfois même essentiellement introduites à des fins ludiques esthétiques ou ornementales, voire scientifiques.

 

Toujours pour les mêmes (et aussi d’autres), le terme allochtone (substantif ou adjectif) signifie littéralement terre d'ailleurs, du grec allos, étranger, et chtonos, terre. À l'opposé du concept d'allochtone, on trouve celui d'autochtone, littéralement terre d'ici.

Merci qui ? Merci wiki… Définition trouvée en moins de… 6… secondes !

 

Considérées comme supportables par les écosystèmes, les premières introductions de nouvelles espèces et les invasions biologiques qui en découlèrent ont eu dans nos régions des effets relativement limités sur les milieux d’accueil.

Cependant, l’augmentation fulgurante du nombre d’espèces introduites au cours des dernières décennies n’a pas permis aux écosystèmes d’adapter leur fonctionnement aux déséquilibres produits par ces espèces allochtones.

 

Ceci est d’autant plus vrai que les activités humaines cumulées depuis des décennies non raisonnées ont considérablement destructuré les milieux d’accueil, les rendant fragiles et vulnérables à l’ajout de nouvelles espèces particulièrement compétitives.

 

Les conséquences des introductions peuvent être dramatiques pour la biodiversité, la santé humaine et animale et les activités économiques. Les invasions biologiques représentent en effet la deuxième cause de la perte de biodiversité dans le monde après la destruction des milieux par l’Homme.

 

Si toutes les espèces qui sont introduites et qui se maintiennent dans l’écosystème d’accueil ne sont pas à l’origine d’impacts sur la biodiversité, certaines d'entre elles ne sont pas sans conséquences sur les milieux qui les accueillent et leur nombre ne fait qu’augmenter : l’absence de prédateurs et de pathogènes procure à l'espèce introduite des avantages dans la compétition qui peuvent faire disparaître des espèces autochtones.

Charles, au secours, voilà encore une affaire qui évolue mal !

 

Hé, ho, c’est presque fini alors encore un peu d’attention et une dernière définition pour pathogène : Se dit d’un agent (germe, bactérie...) qui engendre une maladie. On distingue deux catégories de pathogènes : les strictes (ou spécifiques) et les opportunistes…

 

Donc, avant d’introduire un animal, une plante, une fleur, il faut réfléchir aux conséquences sur l’écosystème local.

 

Conclusion

 

( qui n’en est malheureusement pas une ! )

 

 

Nous vous conseillons d’aller voir les 2 blogs suivants pour mieux appréhender le problème que nous n’avons fait qu’effleurer ici.

Les observations, développements, argumentaires y sont traités depuis bien plus longtemps et de manière suivie.

 

Comme quoi, même avec très peu de moyens, une cause peut être entendue.

 

http://albransbeuvry62.over-blog.com/

 

http://beuvry.unblog.fr/

 

Et déjà rien que pour cela,  ils méritent vos encouragements !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Groucho 24/06/2010 13:40



Dans le même ton que ce blog...


 


Qu'on soit 23 ou 29,


qu'on soit en culotte courte ou pas, on se cramponne,


qu'on soit à plus ou moins de 6000km ou à 6 ... mètres


le résultat est pitoyable, l'activité micro-scopique.


 


A la prochaine, en 2014, qu'elle soit coupe du monde ou élection locale, il faudra avoir beaucoup d'espoir, et du vrai !


surtout si un "Obélix" qui veut que son village ne soit pas occupé mais garde bonne mine continue de crier "OH, PAUSE ... !"


 


Trop de gens en pleurent, alors moi j'en ris. Mais je ne sais pas si j'en voterai !



Louis 24/06/2010 12:30



Même moi j'ai compris.


 


Enfin je crois.


 


Alors, ça n'est pas pour dire!


 


A la prochaine



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément