Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 19:49

01.jpg

 

 

Ayant constaté une toute toute toute petite erreur dans d’interprétation des propos succincts tenus par des élu(e)s lors de brèves rencontres octroyées, nous sommes allés bien vite vérifier.

 

En effet un certain nombre de personnes ont été persuadées à tort bien évidemment, que Beuvry avait fini de payer chaque année les « quelques euros » aux organismes financiers.

 

Le remboursement de la dette contractée par une précédente municipalité court toujours malgré les efforts entrepris par celles qui ont suivi pendant un certain temps et à qui on a reproché une certaine « avarice » …

Et la fin de ce remboursement n’est pas encore pour l’an prochain !

Les sommes versées par Béthune n’ont donc rien à voir avec elle mais alors rien à voir !

Comme depuis peu Béthune accepte enfin de payer ce qui est dû depuis là aussi un certain temps, allez savoir pourquoi… Une autre fleur faite à Beuvry…

 

Données

 

 

 

Population légale au 1er janvier de l'exercice

9 295

 

 

Rubriques

Total

Par habitant

 

OPERATIONS DE FONCTIONNEMENT

 

 

 

 

Charges financières

137 000 €

15 €

 

OPERATIONS D'INVESTISSEMENT

 

 

 

Remboursement d'emprunts et dettes assimilées

421 000 €

45 €

 

Besoin de financement résiduel de la section d'investissement

329 000 €

35 €

 

ENDETTEMENT

 

 

 

Encours total de la dette au 31/12/2009

2 733 000 €

294 €

 

Annuité de la dette

558 000 €

60 €

             

 

Ayant été à plusieurs reprise qualifiés de « mal-intentionnés » et de « modifieurs de vérité » par des personnes bien introduites dans les milieux autorisés à dépenser, nous indiquons encore une fois nos sources. Ce qui ne semble toujours pas être le cas de ces personnes…

 

Valeurs que vous pouvez retrouver et vérifier à l’adresse ci-dessous :

 

Les comptes de Beuvry pour 2009

http://alize2.finances.gouv.fr/communes/eneuro/detail.php?icom=126&dep=062&type=BPS&param=0&exercice=2009

 

Vous pouvez donc constater par vous-même les sommes indiquées au 31 décembre 2009. Et à moins que le père Noël (le vrai et pas un boni-menteur qui fait des promesses lors des promotions en période de vœux…) ne nous ait préparé un super cadeau sous la forme d’un très gros chèque, les sommes inscrites ne se seront pas effacées d’un coup de baguette magique rose… en 2010. Ou alors nous avons raté un tramway nommé désir…

 

Que vous vous appeliez Luke, Charles, François, Joseph, Félicie, Simone, Zoubida, etc… Si les propos tenus avec force par les élu(e)s lors de réunions publiques vous semblent encore avoir un côté obscur, voici une autre adresse utile :

 

Bercy

http://www.colloc.bercy.gouv.fr/colo_otherfiles_fina_loca/lexs/comp_2004_2.html

 

 

LEXIQUE

 

Les comptes des communes

 

 

Annuité de la dette :

                  L'annuité de la dette est composée du montant des intérêts des emprunts, qui constituent une des charges de la section de fonctionnement et du montant du remboursement du capital, qui figure parmi les dépenses indirectes d'investissement. L'addition de ces deux montants permet de mesurer le poids exact de la dette à long et moyen terme pour les collectivités.

 

Besoin (ou ressource) en fonds de roulement :

                  Le besoin de financement correspond à l'excédent des emplois (réels) d’investissement de l’exercice sur les ressources (réelles) d’investissement de l’exercice, hors endettement à long et moyen terme.

 

Bilan fonctionnel :

                  Reclassement des postes du bilan par grandes unités, de manière à faire ressortir des grandeurs caractérisant la structure financière de la collectivité. Cette présentation du bilan permet d’analyser les conditions dans lesquelles se réalise l’équilibre financier : fonds de roulement, besoins en fonds de roulement d’exploitation et hors exploitation, trésorerie ;

                  fonds de roulement, correspondant à l’excédent des ressources stables sur les emplois stables

                  besoins en fonds de roulement d’exploitation et hors exploitation correspondant à la différence entre les créances et les dettes à court terme

                  trésorerie, correspondant au fonds de roulement, moins les besoins en fonds de roulement.

 

Capacité d’autofinancement :

                  Excédent des produits réels de fonctionnement sur les charges réelles de fonctionnement, dont le montant permet de couvrir tout ou partie des dépenses réelles d’investissement (en priorité, le remboursement des emprunts et, pour le surplus, les dépenses d’équipement).

 

Concours bancaires courants :

                  Couverture par les banques des besoins de trésorerie nés du cycle d’exploitation.

 

Dépenses définitives d’investissement :

                  Les dépenses définitives d'investissement sont égales aux dépenses réelles d'investissement hors opérations financières (remboursements d'emprunts et immobilisations financières).

 

Dépenses d’investissement direct :

                  Les dépenses définitives d'investissement sont égales aux dépenses réelles d'investissement hors opérations financières (remboursements d'emprunts et immobilisations financières).

 

Dépenses réelles d’investissement :

                  Les dépenses réelles d'investissement sont les dépenses d'investissement donnant lieu à flux financiers. Elles sont égales aux emplois d'investissement qui figurent dans la 1ère partie du tableau de financement.

 

Dette à long et moyen terme :

                  Les dépenses réelles d'investissement sont les dépenses d'investissement donnant lieu à flux financiers. Elles sont égales aux emplois d'investissement qui figurent dans la 1ère partie du tableau de financement.

 

Dotation globale d'équipement (DGE) :

                  La dotation globale d'équipement a été créée par l'article 103 de la loi du 2 mars 1982.

 

                  Ce versement, libre d'emploi, est effectué chaque année par l’État aux communes, départements, et à leurs regroupements, ainsi qu'à la région Île-de-France qui bénéficie d'une dotation pour les lycées en agglomérations nouvelles.

 

Dotation globale de fonctionnement (DGF) :

                  La dotation globale de fonctionnement, instituée par la loi du 3 janvier 1979, est un prélèvement opéré sur le budget de l'État, distribué aux collectivités locales pour la première fois en 1979.

                  Elle a succédé au versement représentatif de la taxe sur les salaires (VRTS) versé par l’État aux collectivités locales jusqu'en 1977, en remplacement de la taxe locale supprimée en 1968.

                  Son montant est prélevé avec une garantie de progression minimale sur les recettes de TVA, selon un mode de prélèvement et de répartition fixé chaque année par la loi de finances.

 

Emprunts :

                  Les emprunts correspondent au volume global des emprunts à plus d’un an contractés pendant l'exercice. Par convention, il s’agit de financements inscrits pour une durée supérieure à un an (emprunts à long et moyen terme).

 

Fonds de roulement :

                  Le fonds de roulement, calculé au 31 décembre de l’année N, correspond à l’excédent des ressources stables (capitaux propres, amortissements et provisions, dettes financières) sur les emplois stables (actif immobilisé brut).

                  Abordée par le haut du bilan, l’analyse du fonds de roulement éclaire les modalités de financement des investissements.

                  Abordée par le bas du bilan, l’analyse du fonds de roulement permet d’apprécier les conditions d’équilibre financier.

 

Intérêts des emprunts :

                  Les intérêts des emprunts sont les intérêts de la dette à long terme et ceux de la dette à moins d’un an. Cette dernière fait partie, non pas des capitaux permanents, mais des opérations de trésorerie. Néanmoins, elle peut également donner lieu à paiement d'intérêts.

 

Recettes définitives d’investissement :

                  Les recettes définitives d'investissement sont égales aux recettes réelles d'investissement hors opérations financières (emprunts et cessions ou réductions d'immobilisations financières).

 

Résultat courant financier :

                  Solde intermédiaire de gestion égal à la différence entre les produits financiers et les charges financières.

 

Subventions en annuités (versées) :

                  Les subventions en annuités correspondent à l'engagement pris par une collectivité de procéder à un versement régulier, au cours de plusieurs exercices, de subventions à une autre collectivité.

 

Trésorerie active :

                  Ensemble des disponibilités figurant à l’actif du bilan.

 

Trésorerie passive :

                  Concours bancaires courants et soldes créditeurs des banques figurant au passif du bilan à l’intérieur de la rubrique « emprunts auprès des établissements de crédit ».

 




Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos - dans L'info du jour
commenter cet article

commentaires

Pugwash 28/11/2010 13:44



Il se passerait des choses à Beuvry ?


 


Si c’était vrai ça se saurait !


 


Pensez donc, ça serait une nouveauté !


 


On aurait au moins quelques lignes


sur chacun de ces évènements


dans le bulletin
municipal.


 


Ça ne faisait pas partie des promesses de campagne ?


 


On appelle ça un « faux-espoir » comme tant d’autres !


 


Bah, une erreur de communication sans doute.


 


Comme le raccolage est dans cette période


gauchement orienté vers l’écologie,


doit-on parler d’un certain tri sélectif ?



Sisyphe 25/11/2010 19:49



Comme le kamikaze je me demande aussi ce qui ce passe. Ce blog est il arrêté ? Comme le blog de l'opposition qui n'avait pas survécu aussi longtemps ?


Si vous êtes en manque d'inspiration j'ai un sujet pour vous.


Je voudrai dénoncer une absurdité. Je ne sais pas si cela vous intéresse.


Le journal l'avenir de l'Artois a un article qui montre à quel point nos grands penseurs politiques régionaux sont absurdes.


 


Au lieu de s'occuper d'une population modeste , les grands penseurs de Beuvry et d'Artois Comm font des manifestations élitistes comme avec la poésie et maintenant le " café littéraire " ! 


Et dans l'Avenir d'Artois on lit que ce café amer n'a pas trouvé de public. 


Sérieusement , une rencontre intellectuelle de ce niveau à Beuvry en milieu de semaine dans l'après midi , vous trouvez ça logique ?


Je ne dis pas qu'il ne faut pas apporter de la connaissance aux personnes défavorisées. Bien au contraire , cela pourrait les amener à ne pas gober n'importe quoi.


Mais ce qui est proposé est beaucoup trop élitiste et finalement personne ne vient !


Et pendant ce temps là on dépense de l'argent public.


Et les journalistes font des articles pour dire qu'il n'y a rien à dire.



KamikaZ 24/11/2010 20:36


Plus rien à dire ? Dommage, il s'en passe à Beuvry !


DEREGNAUCOURT DENIS 16/11/2010 17:43



Il est tres bien de parler dette .


 


J'allais l'interpreter d'une autre maniere


Dommage que je ne suis pas en forme en ce moment.


Puisque lors de la reunion du tramway, j'ai signalé que Bethune et Beuvry on encore des dettes.


( A decharge pour St andré puisque c'est un héritage lors de sa prise de fonction )


qui veut dire que les impôts font flamber pour pouvoir payer le cache misère nommé Tramway



Michel 11/11/2010 17:30



J'ai déja vu des 11 novembre avec moins de gens. Mais quand j'ai entendu la maire dire qu'elle était contente de voit autant de monde.


Moins en moins chez elle ça fait de plus en plus.


 


Mais de quoi ?



Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément