Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 15:42

Beuvr?

(62660)

 

Bimb?

 

Link?

 

Risqu?

 

 

Pour qui ?

 

 

Quand trop de personnes parlent de trêve estivale, nous avons déjà par le passé tempéré cette fleur offerte en rappelant que nombre de décisions éclosaient justement lors de cette même période.

 

Etrange ?

 

Subtil !

Parce qu'on nous en a parlé, nous revenons aujourd'hui sur le «compteur électrique intelligent» Linky qui sera généralisé d'ici 2020, comme l'avait annoncé Jean-Marc Ayrault lors de son discours de présentation du plan d’investissements d’avenir sur dix ans sur appel d’offres (obligatoire) pour qu’en 2020, tous les logements en soient équipés.

 

Projet dans lequel l’État ne devrait pas la main à la poche, l’investissement, estimé au total à 5 milliards d’euros, serait financé par EDF sur ses fonds propres.

Mais EDF devrait bien ensuite faire payer l’abonné ultérieurement en majorant le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité TURPE(*).

 

(*)    Qui est le sous-tarif de l’électricité qui finance les réseaux électriques et la distribution prévu par le décret ministériel du 2 septembre 2010.

 

Il n’en fallait pas plus pour qu’à Beuvry on se soit renseigné si cet équipement pouvait bénéficier de subventions dans un quelconque programme et ainsi pouvoir rapidement l'initier afin de démontrer que maintenant [sic] avec le change-ment [sic] et bien l’intelligence [sic] y avançait à grands pas…

Que l’intelligence y était en bouge-ment [sic}…

 

Enfin une forme d’intelligence pour rester un peu plus précis.

 

 Cherchez le change-ment apparu par rapport à avant maintenant :

 

Le compteur Linky doit aider le consommateur à consommer mieux et moins.

Mais même à Beuvry quelques personnes intriguées par tant de publicité et de rétro-promotion par des personnes bien introduites, se sont réunies et mises à étudier les modalités de son déploiement sur le territoire local.

 

Nous vous laissons deviner qui sont ces personnes.

 

 

Non, par là c’est froid, ça copiera juste pour dé-coller…

 

Par là non plus c’est congelé…

 

Oui, par ici on commence à chauffer…

 

Oups !

Mais revenons à notre petite boîte et à l’arrivée de l’intelligence à Beuvry.

 

Nom : Linky.

Couleur : jaune fluo.

Date d’arrivée dans les foyers français : 2020 au plus tard.

Coût de pose du compteur : 120 euros.

 

Coût de l’opération multimédiatiquée :

                  -     Pour le gouvernement, l’enveloppe globale du projet serait de :

5 milliards d’euros.

 

5 000 000 000 €

 

                  -     Pour le président d’EDF Henri Proglio, on serait plutôt déjà:

entre 5 et 7 milliards d’euros.

 

5 000 000 000 € < x < 7 000 000 000 €

 

                  -     Pour des élus, qui se sont laissés tenter, membres de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), on arriverait facilement :

plutôt entre 8 et 9 milliards d’euros. 

 

8 000 000 000 € < x < 9 000 000 000 €

Les gagnants du Loto comprendront très vite la signification du nombre de zéros…

 

Pour les autres, habitant Beuvry, 4 solutions :

 

                        1-   Aller demander des explications aux élu(e)s éclairé(e)s qui ra-comptent très bien.

 

                        2-   Réveiller qui de droit et attendre une réponse avant 2020, parce que 2014 c’est trop tôt.

 

                        3-   Pour les autres lumières, c’est vous qui voyez. Mais c’est sans garantie.

 

                        4-   Nous ? Et bien nous avons de nouveau chaque semaine de plus en plus 2 euros d’espoir…

 

Attention, contrairement à ce que des personnes bien intentionnées dans Beuvry pourraient vous soutenir, les montants indiqués ont de simples estimations établies à la date d’aujourd’hui.

 

Comme à Beuvry, le coût définitif pourrait lui aussi s’envoler vers d’autres sommets…

 

Avec Linky, ce serait la fin des relevés du compteur à retourner ou la journée de RTT pour attendre le passage du technicien. Donc, le nouveau système devrait permettre de substantielles économies.

 

Pour les fournisseurs, qui réaliseront des gains de productivité, par exemple avec le traitement à distance de certaines pannes; et pour les particuliers, qui pourront mieux suivre leur consommation, et payer le prix réel de celle-ci plutôt qu’une estimation.

 

Autre cerise sur le gâteau relayée avec ardeur au plan local ?

 

Argument choc qui a commencé à être repris au plan local dans les annonces d’élu(e)s : près de dix mille emplois (mais au plan national) seraient créés pour l’installation et la gestion du système.

 

Nous avons commencé à regarder d’un peu plus près ce système au financement incertain, et qui leur semble conçu pour le confort des fournisseurs plus que pour celui des consommateurs.

 

L’argument de la création d’emplois, repris de manière trop peu journalistiquement complète par la presse, n’est guère convaincant.

 

Etrangement, les élu(e)s à qui nous avons eu l’audace de présenter les informations officielles qui suivent ont soudainement préféré bouger pour changer d’interlocuteurs…

 

Il est dit que le groupe EDF souhaiterait développer une véritable filière d’excellence pour l’exportation  : «  En prenant en compte l’ensemble des opérations nécessaires à la conception et à la fabrication, c’est entre 62 et 80 % du compteur qui sont susceptibles d’être construits en France, avec la création potentielle de 10 000 emplois, dont 5 000 pour la pose.  » 

Autre promesse dont on peut cependant douter.

 

Car dans une enquête réalisée par Degroupnews, trois fabricants de compteurs étaient identifiés  :

                        -     l’un est américain,

                        -     l’autre se trouve en Slovénie

                        -     le siège social du troisième, une spin-off de Toshiba apparemment, est installé en Suisse.

 

Rien ne garantit donc que la fabrication se fasse en France.

Un redressement productif assez étrange…

Et les emplois pour la pose ne seront pas pérennes.

Alors, qu’est ce qui sera  durable [sic] dans ce dossier en dehors de l’abonnement ?

 

Attention, Linky doit permettre de faire évoluer les offres commerciales, en sortant du système d'estimation et des fameuses fourchettes heures pleines/creuses.

Il va rendre possible un certain affinage des tarifs horaires et, potentiellement, de facturer le client sur la base du jeu de l'offre et de la demande, bien qu'aucune disposition n'en fasse état pour le moment.

Sur ce point, la CLCV, une association de défense des consommateurs, craignait ainsi l'émergence d’une nouvelle jungle tarifaire.

Une sorte copier-coller adapté de ce qui se fait pour la téléphonie mobile tellement appréciée des élu(e)s à Beuvry.

 

Car pour l’utilisateur, faire des économies d’énergie suppose qu’il puisse visualiser sa consommation en temps réel.

 

Un avantage que vantent les publicités d’EDF et relayent bien des personnes, mais qui est loin d’être une réalité.

 

En effet, les compteurs électriques sont souvent situés en dehors du logement.

Un affichage déporté aurait fait l’affaire, mais «  Cette exigence fondamentale, si on veut que le Linky présente un intérêt pour les usagers, n’est pas demandée à ERD, constate l’UFC-Que choisir. Son seul impératif, c’est de permettre de visualiser sa consommation d’électricité en se connectant sur Internet ou via un smartphone. On est à mille lieues d’un petit écran placé dans l’entrée ou la cuisine qui donnerait, en temps réel, la consommation des appareils et des usages !  » 

 

D’autant plus que cette option serait aux dernières nouvelles payante  !

 

Ce qui revient à dire : consommer plus de temps de communication téléphonique pour payer plus pour connaître ses économies…

 

Etrange non ?

 

Enfin, comment sont protégées les données lors de l'usage de ces « smart compteurs ».?

 

En 2010 déjà, la Commission nationale Informatique et Libertés s’inquiétait d’un possible usage détourné du compteur intelligent : «Les informations de consommation d’énergie transmises par les compteurs sont très détaillées et permettent de savoir beaucoup de choses sur les occupants d’une habitation, comme leur horaire de réveil, le moment où ils prennent une douche ou bien quand ils utilisent certains appareils

 

En 2012, des hackers avaient publié les résultats de leurs recherches sur les compteurs intelligents. Ils mettaient en avant le fait que ces boîtierspermettaient d’obtenir un grand nombre de données très fines sur les habitudes des consommateurs

 

En réponse, ERDF avait promis que «toutes les données de consommation seraient cryptées dès la source» et garanti «la protection de ces informations personnelles, qui sont la propriété du client». Sauf consentement exprès de sa part.

 

Fin 2012, la Cnil a par ailleurs formulé que des « préconisations cadrent le système et les données ne pourront pas êtres exploitées pour des motifs commerciaux sans l’accord explicite du consommateur».

Quand on sait qu’un système de ce type est appliqué ailleurs par des opérateurs mais d’une manière gruyèrement singulière, aléatoire et amnésique…

 

 

Alors ?

 

Faut-il leur faire confiance ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos
commenter cet article

commentaires

G.T.O. 09/08/2013 15:20

Pas nouveau cette histoire de Linky. Mais Vous avancez pas mal d'arguments contre cette "escroquerie" mise en place par le gouvernement. Bravo pour le blog..

Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément