Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 12:57

Nous avons croisé ces jours-ci diverses personnes qui nous ont parlé de ceci et de cela.

De cela, nous avons voulu en savoir un peu plus en allant à la pêche, mais celle des informations !

 

Un autre cumul en perspective alors ?

 

Alors ?

 

Bien des gens sont devenus ou deviendront chevalier, officier, ou commandeur de la Légion d’honneur, certaines personnes pour des mérites qui ne sont pas nécessairement toujours très clairs, étant donné que les raisons de la décoration ne sont pas connues du grand public.

 

Pour bon nombre de ces personnes, ce serait là le symbole de la reconnaissance ultime de l’Etat, la plus haute récompense possible, la preuve qu’on a «fait quelque chose de plus» que le reste des citoyens, les ordinaires. Les normaux.

 

Une preuve portée à la boutonnière, au vu et au su de tous… enfin de tous ceux qui savent encore, aujourd’hui, ce qu’elle représente. Au cas par cas… En cas de…

 

Avoir la Légion d’honneur apporterait alors d’abord la reconnaissance des personnes qui ont également reçu cet honneur, et qui connaissent peut-être plus que d’autres la valeur symbolique de la distinction.

Le sentiment d’appartenance à un certain ordre, qui normalement oblige en théorie ses membres au respect et à l’application de certaines règles de bonne conduite et de savoir-vivre, serait ici un motif de fierté et de satisfaction de cette reconnaissance…

 

Et pourquoi pas ?

 

Puisqu’il est question de décorer ce qui doit l’être en cette fin d’année. Alors pourquoi pas ?

 

Car de nombreuses autres personnes, et pas seulement les illustres inconnus, rêvent de médaille(s).

 

« C’est avec des hochets que l’on mène les hommes. »

 

"Les titres et les décorations sont les hochets avec lesquels je mène mes maréchaux et mes généraux, en faisant ce que j'en veux…"

 

Napoléon Bonaparte

 

Les personnes (ab)usant quotidiennement de politique ne sont pas exclues de ces remarques.

 

La Légion d’honneur, c’est en sorte la version adulte des bons points et des images de classe. Parfois aussi d’Épinal.

Même si ce maire-là aussi justement la refusa.

______________________________________________________

 

Petite suggestion

aux personnes

qui ne s’opposent pas

aux attributions

pour

raisons (b)diverses et (a)variées…

 

Et qui en (d)espèrent des retombées…

 

Depuis juillet 2008, une nouvelle procédure a été mise en place : l’initiative citoyenne qui permet à tout(e) citoyen(ne) ordinaire, commune, normal(e), bref de proposer une autre(*) personne qu’il (elle) estime méritante, pour une première nomination dans la Légion d’honneur ou dans l’ordre national du Mérite.

(*)      Autre parce que normalement, on ne peut pas dans ce cas précis se présenter soi-même. Il faut que ce soit quelqu’un(e) d’autre qui fasse la démarche…

Même si d’aucun(e) a déjà (ré)essayé.

 

Avis :

  • Le dossier est à retirer dans toutes les préfectures :

      http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministere/Prefectures/62-Pas-de-Calais

  • La référence :

               http://www.legiondhonneur.fr/shared/fr/initiative/initiative.html

  • Le formulaire ad hoc pour ne pas faire tintin :

               http://www.legiondhonneur.fr/shared/fr/initiative/medias/memoirepropositionic.pdf

  • L’étrange opportune non opposition à la décision de la personne ayant initié et signé cette référence… Qui nous changerait d'autres inopportunes oppositions...

 

Après examen et sélection des dossiers, le conseil de l’ordre de la Légion d’Honneur juge de la recevabilité d’une proposition en fonction de quelques principes fondamentaux dont celui de justifier de services publics ou d’activités professionnelles d’une durée minimum de vingt années, assortis dans l’un et l’autre cas de mérites éminents (article 18 du code de la Légion d’Honneur).

 

Tout le code :

http://www.legiondhonneur.fr/shared/fr/ordresdecorations/medias/CODE_LH_Decembre_2012.pdf

 

Alors vite :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000025193324&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id

 

Une fois acceptées, les propositions sont remises au Président de la République qui donne son accord définitif et signe le décret portant nomination ou promotion (de Chevalier à Officier par exemple).

 

Rappel : S’il existe trois grades (chevalier, officier, commandeur) et deux « dignités », (grand officier et grand’croix) ; depuis le décret du 21 novembre 2008, les nominations directes aux grades supérieurs d’officier et de commandeur et à la dignité de grand officier de la Légion d’honneur, sans passer par les grades inférieurs, sont possibles.

 

Les promotions civiles ont lieu le 1er janvier, à Pâques, et le 14 juillet.

______________________________________________________

 

Chut !

 

Pour faire la surprise, car les personnes promues ne sont en principe pas mises au courant.

 

Mais dans les faits, ils reçoivent généralement à l’avance un coup de téléphone d’un représentant du ministre qui entend leur décerner la décoration, pour s’assurer qu’ils ne la déclineront pas.

 

Une enquête est alors engagée sur l’honorabilité et la moralité des futurs décorés. Ce n’est qu’après la parution de la promotion au Journal officiel qu’une lettre de félicitation leur est adressée, ainsi qu’une liste des formalités à accomplir.

 

Toute personne proposée à la Légion d’honneur peut la refuser.

 

On ne devient en effet membre de l’Ordre qu’après la remise officielle de la décoration. Une fois la distinction acceptée, les membres de l’ordre le sont à vie.

 

Sont exclues toutes les personnes condamnées pour un crime ou condamnées à une peine d’emprisonnement sans sursis égale ou supérieure à un an.

 

Donc, pour information : ça se remet mais ça se reprend aussi !

______________________________________________________

 

Remise de la décoration

Un titulaire de la Légion d'honneur ne peut porter les signes distinctifs qui y sont associés qu'après une cérémonie publique ou privée au cours de laquelle lui est remise la décoration.

 

Achat de la décoration

La médaille n'est pas fournie par l'administration.

Le titulaire peut (faire) acquérir la médaille auprès de la Monnaie de Paris.

 

Réception

La décoration doit être remise par un membre de la Légion d'honneur.

Si le futur membre n'en connaît pas, il peut contacter la société des membres de la Légion d'honneur.

 

A mettre dans ses favoris, là où on en trouve :

http://www.smlh.fr/nous-contacter/siege

______________________________________________________

 

Pour la petite (et la grande) histoire

 

Edmond Maire refusa la décoration proposée et déclara : « Ce n’est pas à l’État (ou à ses représentants) de décider ce qui est honorable ou pas. »

 

Jack Ralite déclara : « Je n'ai pas refusé trois fois la Légion d'honneur sous la gauche pour l'accepter une fois sous la droite », et qu'il ne serait pas « un élu qu'on porte à la boutonnière ».

 

George Sand qui écrivit au ministre : « Ne faites pas cela cher ami, je ne veux pas avoir l’air d’une vieille cantinière ! »

 

Jacques Tardi, qui a expliqué son geste par son "attachement farouche" à sa "liberté de pensée et de création"…

 

Pierre et Marie Curie. Qui sont quand même au Panthéon.

______________________________________________________

 

Pour les amateurs et teuses de chocolat

 

Régi par l'article 433-14 du Code pénal, le délit de «port illégal de décorations» peut occasionner une sanction allant jusqu'à un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende. 

______________________________________________________

 

Alors ?

 

Et bien, il faudrait une cinquantaine de personnes si l'on veut à Beuvry…

 

Serait-ce crédible ?

 

Même en parti(e) ?

 

Mais ne serait pas trop ?

 

Voilà une liste qui deviendrait à nouveau longue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Panglos
commenter cet article

commentaires

DUBOIS (Beuvry) 18/10/2013 18:02

Je viens voir ce blog depuis plusieurs mois. C'est parfois un peu compliqué mais je vois que vous dérangez certaines personnes qui croient qu'il suffit d'agresser les autres pour avoir l'air mieux que tout le monde . et quand on voit qu'ils parlent de campagne on comprend bien leurs intentions débarquer dans la campagne comme il y a 15 ans environ avec des insultes et des tracts anonymes . C 'est sûr qu'avec des gens comme ça la campagne pour les élections muniicipales va être animée mais le niveau sera très très bas .

Pugwash 18/10/2013 23:49

Bââ Bââ Bââ !

Mais quand on ne connaît que Panurge...

On suit !

Foliedouce 10/10/2013 21:08

Un commentaire inutile pour brasser du vent ? Jalousie, manque d'inspiration...Que dire ? Que la campagne va être longue et ennuyeuse...

Pugwash 19/10/2013 23:17

Ayant déjà eu l’occasion de rencontrer cette personne et savourer sa gouaille habituelle, nous nous sommes permis de la retoquer.

Pour ce qui est de la tenue vestimentaire, si plus d’un laquais sait retourner sa culotte pour cacher les marques de terre aux genoux, comme sa veste pour cacher l’usure de ses manches au niveau des coudes ; il est plus d’un(e) marquis(e) pour lui offrir ses 30 d€niers en gages de récompense de sa bonne volonté.

Quant à vous, merci de profiter de ce creux, cette ouverture d’expression que nous avons créée pour un réel changement.

Au plaisir de vous lire.

Même si cela commence comme souvent dans une opposition !

VERO 19/10/2013 14:24

En voilà un (ou une) rhabillé (e) pour l'hiver !
Je ne partage pas tout ce que vous écrivez Monsieur (Madame) PUGWASH mais je suis indignée par la bassesse de certaines attaque complètement folle. Au plaisir de vous lire et pet être de vous contredire mais argument contre argument et non pas comme ces fous qui s'attaquent à la vie privée.

Pugwash 18/10/2013 23:39

Votre commentaire ne nous semblait mériter aucune réponse n’étant qu’une simple constatation sans explication, nous avons donc trouvé ce sujet pour meubler le vide que vous nous aviez laissé.

Vous tenteriez donc de nous signifier par ce nouveau commentaire votre différence ?

Alors relevons y ce qui nous différencie :

-1-
Pour ce qui est du brassage, et bien nous brassons. Et au moins nos bras font quelque chose depuis bien des mois pour alerter. Alors que d’autres se contentent de finir au chaud dans les poches, et pas que les leurs de poches.
Les vôtres aussi donc puisque nous serions différents ?

-2-
Merci de reconnaître que nous avons de l’esprit. Dons de l’intelligence.
Certes à revendre même, et contrairement à bon nombre, et à vous, pas à vendre.
Désolés de traiter les sujets que vous ne souhaitez point voir abordés. Notre différence serait donc de ne pas préférer l’opacité, le « sub rosa » ?
Ou alors vous aurions-nous privé d’une primeur de dernière minute ?

-3-
Des esprits fermés donc.
Certainement pas par la diversité des sujets abordés.
Certainement pas par la liberté que nous laissons à chaque fois d’y apporter tout complément, toute contestation. Et d’en débattre.
Alors de grâce, ne nous accusez pas de fermeture alors que nous vous offrons une ouverture d’expression.
A moins que dans le dictionnaire que vous vous êtes fait offrir, les définitions soient elles aussi différentes. Si dictionnaire il y a.

-4-
Nos mots ? Et bien désolés que pour vous nos maux se réduisent à cela.
C’est bien peu considérer les problèmes et les personnes qui y sont confrontées.
A cause de vous donc ?

-5-
On ne voit et (alors que : ni…) ne comprend que ce que l’on veut ?
Continuons à être désolés par votre constat de nos différences.

Nos gestes, que vous critiquez avec suffisance et fatuité, essaient d’abord d’écarter les écrans de fumée si soigneusement placés pour y voir un peu plus clair.
Nous aurions pu les abaisser et nous aussi nous contenter d’attendre, mais la volonté d’essayer de comprendre…

Nous aurions donc compris ?
Nous aurions choisi ?
Youpie, nous aurions donc compris certaines choses…

Notre démarche serait réductrice ? Nous ne présenterions que sous un angle unique et selon vous déformé à notre convenance ?
Oui, nous avouons, nous contestons la vision qu’on nous impose quand nous découvrons qu’il en existe au moins une autre au moins aussi valable.
Déformer, non, plutôt redresser autrement ce qui a été primairement si malignement tordu. Avec votre accord donc ?

Mais rassurez-vous, nous ne parlons que de branches de lunettes de correction que l’on préfère sucer rêveusement pour se donner une apparence studieuse.

Contemplative serait plus exact, des poussières de plafond de l’instruction.

Mais nous l’avons toujours revendiqué : nous présentons toujours au moins une autre possibilité, une alternative en somme.
Serait-ce le fait que nous fondions nos recherches sur des éléments tangibles qui vous agace ?
A ce stade, devons nous aussi vous donner la définition de « vulgarisation » afin que nous soyons certains de pouvoir nous comprendre ?

-6-
La plume facile ? Facile, vous croyez ?
Ne serait-il pas plus facile comme d’aucun(e)s de ne rien faire ?
Ne serait-il pas mieux récompensé de faire des poèmes à la gloire d’un ancien régime, ou comme un vieux meuble, restauré ?
Ou d’utiliser quelque moyen multimédia où couleurs chatoyantes et animations loufoques ne servent qu’à :
a- combler et saupoudrer bien des lacunes artistiquement (pour peu qu’on ne connaisse en art qu’une œuvre : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Georges_Seurat_019.jpg )
b- couvrir ce qui ne devrait avant l’heure remonter à la surface…

Ne nous excusez-nous donc pas de ne pas préférer la facilité qui semble tant vous plaire.

-7-
Creux ?
Donc, à l’opposé de vous ?

Et bien s’il vous plaît d’être plein, alors…

Plein et lié alors si vous n’appréciez pas notre écriture.

Laissez-nous donc préférer rester déliés.

A chacun(e) de choisir ses idoles. Et dans certains cas, ses maîtres.

-8-
Debout longtemps ?
Si pour vous se coucher tout de suite est préférable…

Nous apprécions d’être roseaux, plante creuse par excellence, et de plier sous votre bourrasque.
Quant à rompre sous votre volonté, c’est une autre affaire !
Laissons cela aux glands et autres chênes dont les fables se régalent.

Longtemps ?
Sachez que s’il y avait eu un véritable changement à Beuvry, il y a longtemps que nous serions retournés essayer de cultiver autre chose.

La campagne vous semblera longue et terne ?

Il ne tient qu’à vous.


Serviteurs, Monsieur.

P.S. (humoristiquement primaire) : En dernière touche, et différence ; ne confondons pas dans cette formule de politesse serviteurs mais pas laquais.
Surtout quand matamore de dernière minute, on se prend pour nervi.

Foliedouce 17/10/2013 08:41

Merci pour cette belle preuve de brassage de vent en évitant de répondre véritablement.

Une belle preuve aussi que vous avez l'esprit fermé puisque la polysémie de la langue française permet de donner plusieurs sens à nos mots mais on ne voit et ne comprend que ce que l'on veut...

Il ne suffit pas d'avoir la plume facile...

Quand l'arbre est creux il ne tient pas debout longtemps....

Pugwash 14/10/2013 00:33

Que savez-vous d’une folie ?

Une folie est une maison de réception construite pour la bourgeoisie aisée locale (en quête d'aristocratie dans ces bas quartiers de noblesse) en périphérie de commune, initialement isolées dans la campagne, résidence ou pied-à-terre de soir de week-end petit-bourgeois.

Par extension, l'appellation folie s’utilisa bien vite en fonction du caractère déraisonnable surtout de leur usage. Le terme est finalement devenu le nom de la petite villa de loisirs discrets et de détente à l’abri des regards indiscrets.

Même si cet aspect ne fut pas prépondérant, ces édifices, généralement isolés dans le feuillage, à l'écart de la ville, se prêtaient à accueillir des maîtresses des anciens du régime, les demi-mondaines affichant cette (fausse) noblesse que l'on s'attribua aisément dès la restauration.
Car au plan pratique, elles épousaient à la perfection cette destination de réunions galantes.

Les folies construites à cet usage affichent généralement une décoration plus chargée et pas que d’histoire(s). A tel point que même un petit muscadin saurait en tirer plus d’un poème. Poème à l’eau de rose bien évidemment.

Quelques-unes portent encore de nos jours le nom d’une belle en ces villes où elles ont fleuri

Julien 08/10/2013 13:00

Intéressant, je ne connaissais pas la procédure d'initiative citoyenne

Pugwash 09/10/2013 18:13

Figurez-vous que nous n'en connaissions pas les détails. Mais ayant involontairement ouï quelques bribes d'une conservation sur le pas de porte, tenue par des sympathisantes et autres fan(e)s qui semblaient enthousiasmées par cette idée, nous avons approfondi nos recherches.

Et en fin de comptes, c'est fou le nombre de personnes à Beuvry qui pourraient être candidates...

Certaines le sont déjà paraît-il.

Ce qui est assez désopilant serait la liste des personnes qui accepteraient de cautionner cette chose-là aussi.


Et ça fait peur non ?

Paf 07/10/2013 22:34

Tiens, vous ne parlez pas des sujets qui fachent à Beuvry ? Voilà qui nous change de la médiocrité des blogs cul-cul qui se vantent surtout de n'avoir rien fait depuis 5 ans.

Pugwash 08/10/2013 12:37

Merci pour le compliment. Nous sommes très fiers que vous ne nous considériez pas comme médiocres. Et pour la reconnaissance de tout ce travail que nous faisons avec le plus grand sérieux depuis quelques années déjà !
Même si parfois ce que nous voyons, lisons, entendons, ne peut être relaté qu'avec humour. C'est assez difficile d'en pleurer, par crainte de toutes sortes de court(s)-circuit(s)...

Prout ma chère 07/10/2013 20:25

On a le (a), on a le (b), on a le (d).

Mais on a pas de C... ?

Prout alors !

Heureux de vous retrouver.

Pugwash 08/10/2013 12:58

Comment ça le C...?

Attendez, nous pensions en avoir fini avec tout jusqu'aux P...

Prout alors, comme vous le dites si bien !

Qui ?

  • : Beuvry ces jours-ci...
  • Beuvry ces jours-ci...
  • : Ce qui va ou ne va pas à Beuvry. Un billet d'humeur avec un zeste d'humour ! Parce qu'on ne veut pas nous le laisser dire, alors nous l'écrivons !
  • Contact

Je Cherche Précisément